[IRL] Salon Fantastique, édition "Dragon" 2018

Je disais dans mon précédent billet qu’il y a des salons où on ne va que s’il y a des raisons particulières. De mon point de vue, le Salon Fantastique en est l’opposé. Je me suis donc rendue de nouveau à Porte de Champeret le 02 et 03 novembre pour assister à cette nouvelle édition sur le thème du Dragon.

Cela fait la troisième ou quatrième édition à laquelle je participe et j’ai pris le parti de ne pas relire mes précédents billets avant d’écrire celui-ci, même si je devine que les critiques seront à peu près les mêmes.

J’ai commencé ma journée de samedi sur la Grande Scène pour voir un accordéoniste, Phileas Rogue, qui reprend les thèmes de jeux vidéo à l’accordéon. Etait-ce l’instrument, l’heure d’ouverture ou le fait que les personnes préféraient faire les boutiques pendant qu’il n’y avait pas grand monde ? Le pauvre avait autant de spectateurs que je n’ai de personnes, hors relecteur, qui liront ce billet, soit pas bézef. C’est bien dommage car il était vraiment bon. Néanmoins, je les comprend aisément car samedi oblige, les allées étaient déjà bien remplies dès 11h00.

GeeKonzert, par Phileas Rogue

J’ai ensuite assisté

  • à une présentation de la fan-fiction un peu maladroite bien qu’intéressante par Alixe, le mot « Fantasie » étant celui qui m’a le plus gêné,
  • à une table ronde sur l’évolution de l’horreur et du fantastique de Stephen King à aujourd’hui,
  • une présentation des dragons dans les comics par Christophe Colin, un passionné de comics,
« Les personnages de dragons dans les comics » Christophe Colin
  • une dernière table ronde très intéressante sur les œuvres de Lovecraft et ce qu’elle définissent de lui.

Un détour involontaire par le Stand de Donjon Legacy m’a valu d’avoir un bisou du créateur et de l’acteur après que j’aie annoncé que j’avais été une des contributrices de la saison 2 sur Ulule.

Stand de Donjon Legacy et son créateur, Guilhem

Comme d’habitude, le samedi a souffert d’une force affluence qui, malgré l’agrandissement des allées, a rendu la circulation très  difficile. Mais bon, comme le dit lui-même le personnel du festival, on ne peut pas non plus pousser les murs.


Le Dimanche, j’avoue avoir moi aussi sauté la présentation de la nouvelle Websérie Les Evadés du Temps pour faire tranquillement mes achats. J’ai passé un très bon moment avec des amis du stand d’escrime Montjoie ainsi que sur le stand de Donjon Legacy où j’ai pu découvrir en avant-première, avec la marionnettiste, des nouveaux personnages de la saison 2 et ils vont en jeter, croyez-moi, surtout la nouvelle marionnette qui est juste splendide.

Stand Montjoie

J’ai assisté cette fois-ci à moins d’animations :

  • la fin du Quizz par RadioNoLife (c’est trop court !),
  • le court spectacle de danse « La Prêtresse Onirique »
« La prêtresse onirique » par Esmaralda
  • le concours de costumes d’Harry Potter un peu moins bien que l’année dernière, mais avec quand même des créations originales vraiment réussies, la présence des persos du Donjon de Naheulbeuk pour un crossover et plus d’une minute de chorégraphie de pectoraux en rythme sur la musique d’Harry Potter par le barbare !
Concours de costumes Harry Potter
  • la conférence « Monstres et créatures fabuleuses, de l’imaginaire de l’auteur au crayon de l’illustrateur » avec des illustrateurs, un auteur et une éditrice qui a permis de voir ce parcours du point de vue de chacun.

Etant en train d’errer sans but dans le salon à ce niveau-là, la fatigue m’ayant rattrapée, je m’éclipsais après les résultats du concours de costumes.

Alors, le bilan de cette année ?

Encore quelques points négatifs, pour la plupart liés à la configuration des lieux :

  • La Petite Scène située à côté d’un stand et d’une allée et qui souffrait donc parfois du brouhaha environnant,
Petite Scène
  • La Grande Scène qui souffrait parfois du froid car située encore proche de la sortie, et où les intervenants étaient de temps en temps interrompus par les annonces car l’accueil est situé au même endroit,
  • La Taverne Maudite et ses délicieux cocktails qui n’était pas présente cette année,
  • Le stands de fruits séchés qui a réussi à infiltrer le salon !
Et mince….

Dans les points positifs, on retrouve encore

  • Les mêmes produits de qualité pour la majorité d’entre eux, avec de la variété dans ce qui est proposé (livres, bijoux, accessoires de costumes, boissons, peluches, activités…).

  • De même, entre les dédicaces, les jeux de rôle, les différentes activités, animations ou table ronde, il y en avait encore pour tous les goûts.
  • Mention spéciale à la décoration dragon particulièrement poussée cette année avec des affiches tout au long des allées et des pancartes de noms de rues inspirées de nos amis à écailles. Et encore une fois, un fantastique travail de Sophie IRVIN sur les panneaux de la Petite Scène et Grande Scène, aidé de Mathieu COUDRAY pour l’affiche officielle et NO GHOUL NO COOL pour les différentes affiches et illustrations de rue du salon.

  • Le personnel et les organisateurs sont efficaces et toujours à l’écoute quand nécessaire.
  • A part quelques cafouillages, le planning était respecté et la majorité des activités ou animations ont commencé à l’heure annoncée. Ca peut paraître pas grand-chose mais c’est vraiment rare dans ce type de conventions

Participer au salon devient un peu pour moi comme participer une fête familiale annuelle : on découvre quelques nouveaux venus et on retrouve les petits-cousins et les oncles ou tantes qui nous sont chers. Car ici, ce n’est pas seulement les stands, les associations, les organisateurs ou quelques artistes qui reviennent, ce sont aussi les visiteurs que l’on reconnait au détour d’une allée (mention spéciale au jeune couple de la demande en mariage de la précédente). Contrairement à la famille, on est toujours heureux de les revoir et d’accueillir les nouveaux venus.

L’année prochaine, le salon se déroulera du 31 octobre au 02 novembre, sur le thème de l’Alchimie et une grande soirée spéciale pour Halloween, et soyez certain que je serai à nouveau au rendez-vous ! Les billets sont d’ailleurs déjà en vente à prix libre ici, pour soutenir le salon : https://www.salon-fantastique.com/

Galerie

Je conseille surtout d’aller voir les photos prises par les photographes du salon, disponibles sur la page de l’événement, et nettement plus réussies que les miennes, particulièrement sur les cosplays et costumes parfois vraiment fantastiques : https://www.facebook.com/pg/SalonFantastique/photos/?ref=page_internal


 

[IRL] Comic Con Paris 2015, une semi-déception

La Comic Con française était rattachée à Japan Expo de 2007 à 2008 sous le nom de Kultima puis de 2009 à 2013 sous le nom qu’on lui connaît. Depuis, elle a décidé de prendre son indépendance afin de pouvoir prendre plus d’importance sans être dans l’ombre de Japan Expo.

IMG_0241L’édition de cette année a donc eu lieu aux Halles de la Villette à Paris, du 23 au 25 novembre 2015. Elle était organisée par Reed Expositions France et ReedPOP (organisateur des Star Wars Celebration et de nombreux Comic Con à travers le monde), en collaboration avec JTS Group (qui gère aussi Japan Expo).

Ayant assisté au festival le vendredi et le samedi, nous vous proposons de retrouver notre avis sur cette première édition ci-dessous.

Points positifs

 Les invités

Cette édition était parrainée par Louis Leterrier, réalisateur de L’Incroyable Hulk, présent au festival, et accueillait des invités tels que Frank Miller (scénariste de 300 ou Sin City), Shawn Ashmore (Iceman dans les films X-Men), James Marsters (Spike dans Buffy contre les Vampires), Eric Balfour (Duke Crocker dans la série Haven) ou Jeff Mann (artiste chez ILM). On pouvait aussi y retrouver de nombreux artistes de comics français ou américains, Joan Sfarr ou encore l’équipe de French Nerd et autres bloggers ou youtubers. Maisie Williams, actrice de Games of Throne, attendue le samedi et le dimanche, a malheureusement été obligée de décliner au dernier moment suite à une urgence, alors qu’elle était une des têtes d’affiches du festival. Son absence a été préjudiciable au festival, certaines personnes ne s’étant déplacées que pour elle et étant du coup reparties dès leur arrivée.

Les artistes étaient tous aussi gentils les uns que les autres. On voyait qu’ils étaient heureux d’être là (malgré leur état de santé pour certains) dans leur comportement avec leurs fans. Eric Balfour était adorable avec ces fans, tout comme Louis Leterrier, Joan Sfarr, Franck Miller ou encore Shawn Ashmore. Tous faisaient des photos avec leur fans, sauf Shawn Ashmore, à qui on l’a interdit faute de temps, même s’il semble plus logique que ce soit par rapport au fait que le studio photo de la convention vendait la photo avec lui 30€ (ça aurait donc été au détriment des fans qui avaient ouvert leur porte-monnaie).

 Système de dédicaces

Les dédicaces étaient toutes gratuites et se faisaient à l’aide d’un système de tickets, un seul pouvant être pris par personne et par passage afin de ne pas défavoriser les autres personnes dans la queue (il fallait refaire la queue pour avoir un ticket pour un autre artiste). La plupart de ces artistes étant en dédicace payante sur d’autres salons, c’est une très bonne initiative. Quant au système de ticket, il permettait aux gens de pouvoir se rendre dans la file d’attente seulement 30 minutes avant le début et d’être sûrs d’avoir leur dédicace.

Armures de l’exposition « Batman, sous le masque et la cape »

Pour ceux ou celles n’ayant pas pu assister à cette exposition éphémère, on pouvait y retrouver les armures revisitées par différents artistes.

Personnel du salon

Le personnel était efficace et se débrouillait bien, surtout compte-tenu des conditions (fréquentation du salon trop élevée et absence inattendue de Maisie Williams obligeant à revoir une bonne partie du planning alors que le salon venait d’ouvrir).

Ambiance et cosplays

On retrouvait dans ce festival cette ambiance particulière où, pendant les files d’attente, les visiteurs discutent entre eux de leur passion sans se connaître et où ils passent du coup un bon moment grâce à ces rencontres éphémères. On y retrouve aussi des amis, de manière attendue ou inattendue.

Mention spéciale pour les cosplayeurs, surtout le samedi, où on pouvait croiser énormément de bons cosplays. Vous pourrez d’ailleurs en retrouver quelques uns dans la galerie de l’article. La plupart étaient vraiment bons dans leur rôle, dont certains Deadpool se comportant (effet du masque aidant) vraiment comme le personnage.

Points négatifs

Stands du salon

Niveau boutique, l’essentiel de l’espace étant pris par la scène principale, il y avait à peine une vingtaine de commerçants : sucreries et boissons, imitations d’armes, produits geek tels que les Pop ou figurines, comics (les Humanoïdes Associés, Panini Comics ou Glénat Comics), vêtements mais aussi, plus incongrus, stands de maquillage (Hello Kitty et Nyx). Ces derniers proposaient des maquillages gratuits, eux aussi pris d’assaut. A côté de ces stands se tenaient ceux de professionnels tels que Canal Sat ou Microsoft Surface ou d’associations sur Perry Rhodan, Buffy, Star Wars (l’habituelle et toujours éposutouflante 501st Légion)…

Il était très rapide d’en faire le tour et aucun des stands ne proposaient vraiment d’exclusivité comme on peut en trouver dans d’autres Comic Con mondiaux. De plus, la plupart des employés des stands ne parlaient qu’anglais, ce qui était un obstacle pour une partie des visiteurs.

Fréquentation du salon

 Le public était globalement d‘une trentaine d’année, dont certains parents avec enfants.

Le vendredi, le festival ne se tenait que l’après-midi et il semble avoir été dépassé par le nombre de personnes attendues. Il fallait près d’une heure pour pouvoir rentrer dans le festival et celui-ci était tellement blindé qu’il était quasiment impossible de circuler dans les allées. On avait l’impression d’être sur les quais de Châtelet les Halles en heures de pointe. Malgré toute ma bonne volonté, il me fallait à certains moments bousculer les autres visiteurs pour pouvoir avancer.

Le samedi, la circulation était curieusement un peu plus aisée, le nombre de personnes attendues étant normalement supérieures à vendredi, la billetterie n’ayant même pas pu ouvrir du fait de l’absence de places supplémentaires disponibles. Mais il y a de fortes chances que ce soit lié aux personnes étant parties ou n’étant pas venues suite à l’absence de Maisie Williams ou encore ayant revendues leurs places suite à leur déception le vendredi, comme cela a pu se voir sur les réseaux sociaux.

IMG_0256

Durée des conférences trop courtes

Je n’ai pu assister qu’à une seule conférence avec Jeff Mann, malheureusement beaucoup trop courte (45 minutes, traduction comprise), ce qui n’a permis que de survoler l’animation chez ILM, sans même pouvoir vraiment parler de l’animation numérique. Le sujet était « ILM, de Star Wars à Jurassic Park » mais ces films n’ont même pas été traités. La salle de conférence était agréable mais une conférence d’au moins une heure aurait été préférable vu l’ampleur du sujet et l’intérêt que le public y portait.

 Temps d’attente

Au final, on passe plus de temps à faire la queue qu’autre chose. Le samedi matin, malgré le fait d’être arrivé dans les premiers (plus d’une heure avant l’ouverture), il m’a fallu faire 1h20 de queue pour avoir un ticket de dédicaces, la file étant déjà pleine des tickets VIP et 3 jours qui rentraient une demie-heure avant à mon entrée dans le salon. Les dédicaces les plus limitées en nombre comme celles de Frank Miller n’étaient ainsi jamais disponibles pour les billets normaux, celles-ci étant épuisées dès le début. Cependant, 1h30 plus tard, il fallait moins de 5 minutes de queue pour obtenir les tickets qui restaient comme Joan Sfarr.

IMG_0409

M’étant présentée 10 minutes avant une conférence, il n’y avait plus de places disponibles et tous les visiteurs présents pour celle d’après se sont retrouvés placés dans un petit amphithéâtre devant la salle de conférence près d’une heure. Si vous arriviez 30 minutes avant la conférence, vous n’aviez par conséquent aucune chance de pouvoir y assister. D’après d’autres visiteurs, c’était pareil pour les panels et autres animations ayant lieu dans la salle principale.

Bref, c’est comme Disneyland : 1 heure de file d’attente pour peu de minutes de plaisir.

On peut aussi ajouter les escaliers permettant d’accéder et de partir des dédicaces, n’ayant aucune signalisation concernant le sens de circulation et les employés qui devaient demander en permanence aux visiteurs de redescendre parce que ce n’était pas le bon. La personne d’ailleurs chargée de distribuer les tickets de dédicaces était comme Harry Potter : sous l’escalier.

EN CONCLUSION

Ce festival souffre de la comparaison avec d’autres festivals mieux organisés. On sent que ce n’est pas de la mauvaise volonté (les artistes invités étaient intéressants et sympathiques, tout comme les sujets abordés) mais les différents problèmes d’organisation gâchaient clairement l’expérience. Le prix du billet était du coup trop cher par rapport aux nombres d’activités ou au nombre limité de stand proposés ou faisables étant donné les trop grandes files d’attente par activités. Rappelons-nous cependant que ceci n’est que leur première édition en solo, il est donc fort probable que la seconde édition soit meilleure et nous lui laisserons par conséquent sa chance.

[SORTIE] L'expo contre attaque

Game of Clones !!!
Game of Clones !!!

Qui a dit que l’art c’est chiant ? Bon moi de temps en temps ok, mais bon, si ça cause de Star Wars ça change un peu les choses ! La galerie Sakura de Paris, héberge en ce moment une expo de 35 artistes qui ré interprètent les thèmes mythiques de la guerre des étoiles.

Après le succès de sa précédente exposition sur le thème de Goldorak, la galerie Sakura convie les personnages de Star Wars à rejoindre le centre de Paris pour un événement qui s’annonce extraordinaire à plus d’un titre ! 150 œuvres sont exposées, dont la plupart inédites, à l’image d’une installation de 12 totems de 2,50 m représentant Dark Vador et réalisée par l’artiste Alexandre Nicolas.

L’expo que nous avons eu l’occasion de visiter sera sur Paris pendant 4 mois, et regroupe des oeuvres à la fois originales, parfois dérangeantes, parfois comiques. Certaines sont très subtiles et on se prend au jeu de retrouver la référence, mais tout colle parfaitement pour le fan de Star Wars. J’ai particulièrement aimé la collection de casques de Stormtroopers ré imaginés qui vont du ridicule au sublime si on les imagines sur un clone de l’empire 😉 (pour info ces casques sont le travail de street artists invités pour l’occasion par la gallerie : Alben, Ali, Comon, Johanne8, Kashink, Madame Moustache, Nosbé, Pimax, Sixo, Smoh, Chanoir & Tetar. )

Pendant 4 mois, les réalisations (sculptures, photographies, illustrations…) de créateurs de renommée mondiale seront ainsi mises en scène sur 250 m². Contemporaines, décalées, surprenantes, intrigantes…

Une expo à recommander à tout fan de Star Wars ou tout amateur d’art … vous pourrez si vous avez les moyens acquérir des pièces uniques (de 50/60€ à plusieurs milliers d’euros)

Pour les geeks comme nous, il y a même des bornes d’arcade dans une galerie d’art et ça si c’est pas le pied hein ?!

Entrée libre et gratuite du mardi au vendredi de 12 h à 20 h, les samedis et dimanches de 11 h à 20 h.

Un aperçu de ce que nous avons vu :

Infos pratiques : GALERIE SAKURA – 21, rue du Bourg Tibourg – 75004 Paris – Ouverture du mardi au samedi de 12h à 20h et le dimanche de 14h à 19h / +33 (0)1 73 77 45 69 / +33 (0)1 73 77 45 69

[SHOPPING] Pour Noël, vous prendrez bien un Lego ?

LEGO logo_RGBLego, est-il encore utile de présenter cette entreprise, célèbre pour ses petites briques avec lesquelles on peut créer tout et n’importe quoi et connue aussi , pour ces 20 dernières années, pour ces licences fameuses, que ce soit Marvel ou son concurrent DC, Disney, Star Wars ou Les Simpson pour la dernière en date ?

 
 
 
 
Nouveautés Star Wars
Lego a présenté cette semaine ses nouveaux produits pour les mois à venir et tout particulièrement décembre. Site geek oblige, je vais me concentrer sur les licences.
L’évènement de cette année est leur 15 ans de collaboration avec Star Wars. Je me souviens encore de l’achat du premier set, sorti à l’occasion de l’épisode 1 au cinéma, comprenant Dark Maul sur son véhicule et Qui-Gon Jinn et sa « moumoute », que ma camarade nommait ainsi car la chevelure avait tendance à se détacher dès qu’on lui montait le bras (tout ça ne nous rajeunit pas).
Parmi les produits à venir, on retrouve les vaisseaux aussi mythiques qu’imposants dont l’Imperial Star Destroyer qui comporte rien de moins que 1359 pièces. A la fois jouet et produit de collection, il est le produit dont tout fan de Star Wars rêve.
75055_prod
Du même niveau, nous avons l’AT-AT articulé, tout droit sorti de l’épisode 5, il ne manque que la neige. A peine moins riche en pièces que l’Imperial Star Destroyer (1137 éléments), il s’en rapproche cependant niveau prix : comptez 143€ pour ce dernier et 130€ pour l’AT-AT.
75054_prod
Lego a aussi pensé aux bourses plus modestes en proposant plusieurs kits à 30€ : le Vulture Droïd , l’Intercepteur Jedi, le V-Wing Starfighter et enfin, mon préféré, ne serait qu’à cause des personnages de Qui-Gon Jinn et du général Grievous livrés avec, le General Grievous’ Wheel Bike.
75040_prod
Dans la même lignée, comme tous les ans, Lego proposera ses calendriers de l’avant. Si les calendriers classiques Lego City et Lego Friends coûteront autour d’une vingtaine d’euros, il vous faudra mettre la main à votre porte-monnaie pour acquérir celui de Lego Star Wars dont le prix monte à 35€. Mais de mon point de vue, ce calendrier a 2 excellentes raisons d’être acheté : le Dark Vador exclusif Père Noël et le droïde Sapin de Noël. Ils ont littéralement été mon coup de coeur de cette présentation.
2014-09-17 16.33.12
 
2014-09-17 16.32.56 2014-09-17 16.34.27 2014-09-17 16.34.34
 
Nouveautés Disney 
Pour les enfants et les adultes fan des 2 longs métrages associés, Lego propose pour cet hiver la tour de Raiponce fournie avec Raiponce, Flynn et bien sûr Pascal (40€) ainsi que le château de Cendrillon avec Cendrillon, le Prince ainsi qu’un chien et un chat provenant de la collection Lego Friends (environ 77€). Je regrette que Pascal soit beaucoup moins attachant en figurine Lego que dans le long-métrage ou les autres produits existants. De plus, la chevelure de Raiponce semble n’avoir qu’une taille normale, ce qui gâche un peu le personnage.
41055_prod 41054_prod
Nouveauté jeu vidéo

Enfin, la plus belle nouveauté que j’ai pu voir à cette présentation était la démo du jeu Batman 3 : Beyond Gotham sur PS4, disponible en novembre prochain. Pas de Batman ni même de Robin dans cette démo mais Martian Hunter, Flash et Cyborg, ce qui lui donnait plus un côté Justice League. Je n’ai pas moi-même pris en main le jeu mais j’ai pu voir les détails dans le décor et les personnages qui ressortaient dans cette démo, ceux-ci étant presque plus détaillés que les figurines réelles. Lorsque Martian Hunter utilise son pouvoir de révélation des objets cachés, l’écran passe en couleur dichromatique que j’ai trouvé très bien fait, le jeu restant facilement jouable malgré cela.

Côté phases de jeu, on a pu voir dans cette démo une phase  shoot-them-up où, à bord d’un vaisseau, vous devez tirer sur les vaisseaux ennemis pour vous en débarrasser ainsi qu’une phase mission sur une planète étrangère, plus proche du jeu Lego traditionnel où vous devez vous débarrasser des ennemis, tout en éclatant tout  sur votre passage afin de récupérer les plus de pièces Lego possible, et résoudre des énigmes collaboratives (vous avez 3 personnages à chaque fois et seul un de ses personnages peut effectuer une action précise permettant d’avancer dans le niveau). Le jeu contient plus de 150 personnages ayant chacun 5 à 6 costumes différents permettant d’effectuer des actions précises. Martian Hunter peut voler, faire des tirs laser ou se transformer pour devenir plus puissant et casser plus facilement des choses. Flash a une super vitesse. Cyborg peut attirer à lui des objets en fer ou les faire exploser, ou encore se transformer en machine à laver mais, attention, une machine à laver qui effectue des tirs lasers (si vous ne me croyez pas, je vous invite à regarder la bande annonce plus bas). Le plus difficile dans le jeu semble être de connaître toutes les capacités de chaque personnage afin de savoir quel personnage utiliser pour pouvoir avancer et de bien assimiler les boutons de transformation et d’utilisation des pouvoirs.

Côté histoire, on trouve  l’humour parodique habituel ainsi que les détails qui font sourire, comme un des héros effrayé par une araignée ou les poissons lego nageant dans l’eau d’un étang.
Pour en savoir plus, je vous invite à visionner la bande-annonce présentée au Comic-Con 2014.

[SORTIE] Ma première fois à Geekopolis

Dans ce compte-rendu, je ne vous énumérerai pas toutes les activités ou animations disponibles à Geekopolis. Déjà, parce que le site web du festival et les communiqués de presse le font beaucoup mieux que moi, ensuite parce qu’il s’agissait de ma 1ère fois dans ce festival (qui a fait 15 000 entrées cette année) et que c’est par mes yeux de béotienne que je souhaite le partager avec vous.
Samedi
A mon arrivée samedi après-midi, je me sens un peu comme un dresseur dans une arène de Pokémon : il faut plusieurs tapis roulants et escalators avant d’arriver sur les lieux de la convention.
P1110035
 
Au sein même de la convention, cette sensation persiste : combien de temps m’a-t’il fallu avant de comprendre qu’il faut que je traverse un rideau noir, soit une sortie de secours, pour pénétrer dans Metropolis, espace que j’ai d’ailleurs découvert plus par hasard qu’autre chose ? Au sein de chaque espace, on se sent comme une souris dans un labyrinthe, allant à gauche puis à droite, jetant un coup d’œil dans ce couloir au fond, sans vraiment savoir exactement où on est. Bien que ça aie été un plaisir de m’égarer, l’apparition des pastilles « vous êtes ici » sur les plans le dimanche n’a pas été malvenue, surtout pour le quartier de Métropolis dont les allées, plus étroites que dans les autres espaces, étaient très vite bouchées.
La proximité des univers fait qu’ils finissent par se mélanger : il n’est pas incongru de croiser le roi Arthur dans le Nautilus ou un personnage de Steampunk au sein d’un stand Star Wars.
Parmi tous les univers présents, le plus beau est véritablement celui dédié à l’univers du steampunk, présent un peu dans les autres festivals, mais ici vraiment mis à l’honneur dans espace dédié. Bien que je n’aie pas d’atomes crochus avec cet univers, les costumes et les décors sont magnifiques. Félicitations tout particulièrement aux stands de la Steam Rocket et à celui du Nautilus qui mettent des étoiles plein les yeux et 3L1C pour sa jolie galerie.
P1100974
P1110103
Je visite tous les espaces tant bien que mal. Dans le quartier Teklab, je m’attarde sur les robots de Caliban et ne jette qu’un œil rapide à l’Occulus Rift ou la harpe sans corde en démonstration. Je fais bien entendu le détour incontournable aux stands de Mo5.com, et de Marcus Fait Son Show  (dont les machines sont fournies par Nemcoshow) qui sont situés côte à côte, histoire de dire bonjour aux copains d’association. MO5.com a axé ces jeux rétro sur la thématique de l’Alien, ce qui me  permet de me ramasser joyeusement à Duke Nukem sur Saturn alors que je connais les niveaux par cœur. Le stand de Marcus Fait Son Show bénéficie quant à lui aussi de la présence de consoles rétro,  de celle de Marcus (ce qui semble assez logique) mais aussi d’une Wii U jouable et d’une fausse game boy géante pour prendre des photos insolites.
P1110027
A la fin de cette première visite, mon ressenti est mitigé :
–       d’un côté, le festival me fait penser aux espaces créateurs de Japan Expo (ce qui est un bon point) mais aussi à une succession de boutiques, le monde présent ne permettant pas vraiment de se sentir à l’aise.
–       De l’autre côté,  l’ambiance au sein du festival est excellente : la majorité des gens sont souriants, gentils et ouverts, prêts à discuter de leur passion. De plus, j’ai pu faire quelques bonnes découvertes comme le groupe de rock zombie MagoYond  ou le dessinateur Vinz El Tabanaz dont j’ai adoré le style graphique. Je les recommande d’ailleurs tous les deux chaudement.
En quittant le festival ce samedi, j’aurai pu en rester là. Pourtant, il me reste comme une sensation d’inachevé. Je décide donc de sacrifier de mon sommeil pour revenir le lendemain matin et profiter ainsi mieux du festival et de ses activités.
Dimanche
Arrivant à l’heure d’ouverture au public, j’ai le plaisir de trouver des allées dégagées permettant d’accéder aux stands. Je visite ainsi correctement les espaces Steampunk, Avalon et Nautilus qui étaient difficilement pratiquables la veille. Un de mes regret : malgré mes recherches, je n’arrive pas à remettre la main, ou plutôt l’œil, sur l’exposition dédiée à la série animée à venir du Donjon de Naheulbeuk.
Je profite de l’accalmie afin de me faire tirer les cartes au tarot et m’initier à reconnaître les épices au sein du sympathique stand The Geek Side.
P1110059
J’assiste à quelques démonstrations de combats de GN par Les Compagnons de l’Ouest , à la baïonnette par Hycarius et Onyros  puis me fait initier au combat au sabre à laser face à un jedi de Geek And Sword, pauvre padawan que je suis . Tenir un sabre laser lumineux, ça n’a pas de prix.
P1110068
La matinée étant presque achevée et la foule commençant à revenir, j’en profite pour faire le tour des rédactions sur place et que j’apprécie pour les féliciter de leur travail : celle de Canard PC sur le stand d’Intel où ils présentent leur PCP Box, Animeland ou encore feu Dixième Planète sur le stand Gentlemen Collectionneurs avec une très belle expo sur « 2001, Odyssée de l’Espace », reprenant l’univers de leur Hors-Série n°2 dont quelques exemplaires étaient d’ailleurs en vente sur le stand.
P1110079
Je termine par une micro-conférence sur le sexe chez Tim Burton, présentée par l’association Timburton.net.
Mon bilan sur ce festival est qu’il est plus que complet. Ajoutez aux stands les ateliers, les démonstrations et les conférences : le don d’ubiquité ne suffirait pas pour pouvoir profiter totalement du festival !
Il y a tellement d’autres animations et stands dont je pourrais vous parler : la fresque de vaisseau peinte en directe, l’atelier d’origami, le jeu de rôle, le stand de laser tag, l’initiation au vol de poisson volant, les stands de papercraft, etc. D’ailleurs, je vous conseille d’aller lire en parallèle le compte-rendu du site Hobby Forever que j’ai beaucoup aimé.
La liste des associations ou groupes cités dans ce compte-rendu est loin d’être exhaustive : encore une fois, je ne peux que vous inciter à aller sur le site de Geekopolis  afin d’y consulter la liste des artisans ou des participants. Le choix est tellement vaste que vous y trouverez sûrement une association vous intéressant.
Bref, une très bonne expérience à renouveler l’année prochaine !


 

[NEWS] Exposition "Et l'Homme …créa le robot" au musée des Arts et Métiers

2013-02-28 17.25.56Pour ceux et celles qui sont sur Paris, ce sont actuellement les derniers jours de l’exposition temporaire « Et l’Homme … créa le robot » au Musée des Arts et Métiers, celle-ci s’achève dimanche 03 mars. Bien que petite en taille, cette exposition est à ne pas rater pour quiconque intéressé par la robotique. Elle est l’occasion de voir de près , entre autres, des robots d’usine en fonctionnement, des modèles de robots utilisés pour scruter les fonds sous-marin ou circuler et effectuer de petites tâches dans les centrales nucléaires.

C’est aussi d’un point de vue plus geek l’occasion de voir un modèle Aibo et des modèles Nao en fonctionnement, ce dernier étant particulièrement impressionnant dans la souplesse et le nombre de ses mouvements. Concernant l’Aibo, cela fait regretter que la production aie été stoppée. Vous pourrez aussi manipuler via une tablette à disposition un Reeti, robot expressif.

Enfin, vous pourrez voir de très près le R2D2 original de l’Empire contre-attaque ou d’un robot NS-5 de I,Robot dont le modèle le plus connu est bien entendu Sunny, le robot qui pense. Il y a aussi des répliques à l’échelle d’autres robots connus comme C3PO.

Encore une fois, l’exposition n’est pas très grande et en faire le tour en lisant tous les panneaux vous prendra une petite heure au mieux mais il serait dommage de louper l’occasion de voir d’aussi près des prouesses de robotique.

Vous pouvez en savoir plus sur le site de l’exposition : http://robots.arts-et-metiers.net .