[IRL] Exposition« L’art dans le jeu vidéo – l’inspiration française – »

jeu2Près de Gare de Lyon à Paris,  sur les quais bordant la Seine, se tient le maintenant célèbre musée Art Ludique. Ouvert en novembre 2013, ce musée d’un nouveau genre a multiplié les succès : Pixar, les super-héros Marvel, les productions Ghibli et celles d’Aardman ont fait l’objet, parmi ses murs, d’expositions tout aussi réussies les unes que les autres. La dernière en date, « L’Art dans le jeu vidéo – l’inspiration française- », a commencé fin septembre et se tient jusqu’au 6 mars 2016. Est-elle aussi réussie que les autres ?

Cette exposition regroupe les travaux de plusieurs studios français : Ubisoft, Dontnod, Quantum Dream, Spiders ou Wakfu pour ne citer qu’eux. Les jeux représentés tout au long de l’exposition sont variés : les différents volets d’Assassin’s Creed, Rayman, les Lapins Crétins, Far Cry, Syberia ainsi que Heavy Rain, Remember Me, Wild, Beyond Two Souls, Wakfu

Elle est séparée en plusieurs parties :

  • « L’atelier d’artistes » qui réunit la plupart des croquis et aquarelles de préparation des jeux, ainsi que des entretiens allant en ce sens (dont un assez intéressant de Benoit Sokal)
  • « Dessiner les villes et les cités » qui regroupe principalement des aquarelles numériques de Heavy Rain, Remember Me et Assassin’s Creed, se concentrant sur la manière dont les villes sont traitées à la fois de manière réaliste et fantasmé dans le jeu vidéo (mention spéciale à celle de Néo Paris de Remember Me)
  • « Invitation au voyage », qui reprend surtout les aquarelles numériques des lieux tropicaux ou exotiques de ces jeux
  • « Réécrire l’Histoire », mettant en avant comment le jeu vidéo rend le joueur acteur de grands moments historiques. Cette section contient des aquarelles de Wild, The Technomancer mais surtout d’Assassin’s Creed.
  • « Imaginer de nouveaux héros et créatures » qui reprend en dessin les héros et créatures de jeux vidéo déjà présentés dans les sections précédentes
  • « Hommage au 7ème art » et les parallèles entre l’esthétique de certains jeux et les arts dits traditionnels
  • Enfin «  Magie, poésie, contes et fééries », qui reprend les designs des jeux les plus pastels dont Child of Light, Abrasa (le nouveau Ankama ) ou Seasons After All

Points Positif

Si elle traite de beaucoup de jeux déjà existants dont Beyond Two Souls, cette exposition regroupe aussi les croquis et les aquarelles de jeux pour le moment inédits dont la sortie est prévue pour 2016 : Syberia 3, Seasons after All,  Abrasa, Wild ou The Technomancer, pour ne citer que ceux-là. Cela donne l’impression au visiteur d’être privilégié.

Côté présentation vidéo, elle regroupe des entretiens d’artistes ainsi que des expériences intéressantes comme le sentiment différent que confère la pluie sur un même dessin en fonction de son intensité (Heavy Rain) ou un dispositif vidéo à 180° nous plongeant en échelle 1 dans le Paris de la Révolution Française, inédit à l’exposition (Assassin’s Creed). Personnellement, bien que vraiment sympathique à expérimenter,  ce dernier m’a rendu un peu malade donc attention si vous êtes sujet au mal du transport ou problèmes d’oreille interne de ce genre.

Concernant les oeuvres, ce sont surtout des croquis ou des aquarelles numériques, ainsi que quelques bustes. La plupart sont magnifiques. Le fait d’avoir des aquarelles permet de plus s’arrêter sur les détails que lors du processus de jeu.

Points négatif

Tout d’abord, il manque dans cette exposition un réel fil directeur : toutes les oeuvres sont mélangées et un jeu vidéo se retrouve dans différentes sections. Cela donne une impression de déjà-vu et perd un peu le visiteur.

Par ailleurs, contrairement aux précédentes expositions, celle-ci est difficilement accessible aux néophytes ou même aux personnes n’ayant que peu joué aux jeux vidéo de consoles de salon les plus récents.

Tout d’abord, les oeuvres ne sont pas présentées, ne serait-ce que brièvement. Un néophyte n’a donc pas de point de repère par rapport au thème général du jeu ou même de son style une fois finalisé. En cela, un écran sur lequel passeraient les bandes-annonces des différents jeux présentés afin que le visiteur puisse se faire une idée du produit final ne serait  pas du luxe. Après, le problème se pose vis-à-vis des enfants qui n’ont pas forcément l’âge requis par rapport au PEGI de celles-ci.

De même, dans les sections « Dessiner les villes et les cités », « Réécrire l’Histoire » ou « Hommage au 7ème Art », il manque des images des villes telles qu’elles étaient ou sont réellement ou les affiches de cinéma ou oeuvres d’art ayant inspirées certains lieux ou visuels. Il manque aux visiteurs, surtout le public le plus jeune, les clés pour vraiment saisir l’importance de l’art traditionnel dans la création de l’oeuvre. 

Des oeuvres marquantes comme « Life is Strange » sont sous-représentées, même si l’on peut penser que c’est pour conserver le mystère du scénario de celui-ci.

Enfin, concernant la logistique, certaines oeuvres et certains croquis étaient très bas, à hauteur d’enfant, obligeant le visiteur à se baisser pour pouvoir les regarder.

Bilan

Cette exposition n’est pas désagréable mais on en sort avec une impression d’inachevé. Certaines choses auraient pu être mises en place afin de permettre aux néophytes de l’apprécier, ce qui n’est pas le cas actuellement. On a du coup plus l’impression d’une succession d’aquarelles numériques et de croquis préparatoires sans réel fil conducteur. Il manque même la photo numérique gratuite en fin de parcours à laquelle on s’était habituée , pas grand chose, mais qui permet de conserver un souvenir de la visite de l’exposition, qui se fait souvent entre amis ou en famille. Bref, de mon point de vue, elle n’est pas incontournable.

Pour plus d’informations, je vous invite à vous référer au site officiel du musée : http://artludique.com/jeuxvideo.html

[IRL] Comic Con Paris 2015, une semi-déception

La Comic Con française était rattachée à Japan Expo de 2007 à 2008 sous le nom de Kultima puis de 2009 à 2013 sous le nom qu’on lui connaît. Depuis, elle a décidé de prendre son indépendance afin de pouvoir prendre plus d’importance sans être dans l’ombre de Japan Expo.

IMG_0241L’édition de cette année a donc eu lieu aux Halles de la Villette à Paris, du 23 au 25 novembre 2015. Elle était organisée par Reed Expositions France et ReedPOP (organisateur des Star Wars Celebration et de nombreux Comic Con à travers le monde), en collaboration avec JTS Group (qui gère aussi Japan Expo).

Ayant assisté au festival le vendredi et le samedi, nous vous proposons de retrouver notre avis sur cette première édition ci-dessous.

Points positifs

 Les invités

Cette édition était parrainée par Louis Leterrier, réalisateur de L’Incroyable Hulk, présent au festival, et accueillait des invités tels que Frank Miller (scénariste de 300 ou Sin City), Shawn Ashmore (Iceman dans les films X-Men), James Marsters (Spike dans Buffy contre les Vampires), Eric Balfour (Duke Crocker dans la série Haven) ou Jeff Mann (artiste chez ILM). On pouvait aussi y retrouver de nombreux artistes de comics français ou américains, Joan Sfarr ou encore l’équipe de French Nerd et autres bloggers ou youtubers. Maisie Williams, actrice de Games of Throne, attendue le samedi et le dimanche, a malheureusement été obligée de décliner au dernier moment suite à une urgence, alors qu’elle était une des têtes d’affiches du festival. Son absence a été préjudiciable au festival, certaines personnes ne s’étant déplacées que pour elle et étant du coup reparties dès leur arrivée.

Les artistes étaient tous aussi gentils les uns que les autres. On voyait qu’ils étaient heureux d’être là (malgré leur état de santé pour certains) dans leur comportement avec leurs fans. Eric Balfour était adorable avec ces fans, tout comme Louis Leterrier, Joan Sfarr, Franck Miller ou encore Shawn Ashmore. Tous faisaient des photos avec leur fans, sauf Shawn Ashmore, à qui on l’a interdit faute de temps, même s’il semble plus logique que ce soit par rapport au fait que le studio photo de la convention vendait la photo avec lui 30€ (ça aurait donc été au détriment des fans qui avaient ouvert leur porte-monnaie).

 Système de dédicaces

Les dédicaces étaient toutes gratuites et se faisaient à l’aide d’un système de tickets, un seul pouvant être pris par personne et par passage afin de ne pas défavoriser les autres personnes dans la queue (il fallait refaire la queue pour avoir un ticket pour un autre artiste). La plupart de ces artistes étant en dédicace payante sur d’autres salons, c’est une très bonne initiative. Quant au système de ticket, il permettait aux gens de pouvoir se rendre dans la file d’attente seulement 30 minutes avant le début et d’être sûrs d’avoir leur dédicace.

Armures de l’exposition “Batman, sous le masque et la cape”

Pour ceux ou celles n’ayant pas pu assister à cette exposition éphémère, on pouvait y retrouver les armures revisitées par différents artistes.

Personnel du salon

Le personnel était efficace et se débrouillait bien, surtout compte-tenu des conditions (fréquentation du salon trop élevée et absence inattendue de Maisie Williams obligeant à revoir une bonne partie du planning alors que le salon venait d’ouvrir).

Ambiance et cosplays

On retrouvait dans ce festival cette ambiance particulière où, pendant les files d’attente, les visiteurs discutent entre eux de leur passion sans se connaître et où ils passent du coup un bon moment grâce à ces rencontres éphémères. On y retrouve aussi des amis, de manière attendue ou inattendue.

Mention spéciale pour les cosplayeurs, surtout le samedi, où on pouvait croiser énormément de bons cosplays. Vous pourrez d’ailleurs en retrouver quelques uns dans la galerie de l’article. La plupart étaient vraiment bons dans leur rôle, dont certains Deadpool se comportant (effet du masque aidant) vraiment comme le personnage.

Points négatifs

Stands du salon

Niveau boutique, l’essentiel de l’espace étant pris par la scène principale, il y avait à peine une vingtaine de commerçants : sucreries et boissons, imitations d’armes, produits geek tels que les Pop ou figurines, comics (les Humanoïdes Associés, Panini Comics ou Glénat Comics), vêtements mais aussi, plus incongrus, stands de maquillage (Hello Kitty et Nyx). Ces derniers proposaient des maquillages gratuits, eux aussi pris d’assaut. A côté de ces stands se tenaient ceux de professionnels tels que Canal Sat ou Microsoft Surface ou d’associations sur Perry Rhodan, Buffy, Star Wars (l’habituelle et toujours éposutouflante 501st Légion)…

Il était très rapide d’en faire le tour et aucun des stands ne proposaient vraiment d’exclusivité comme on peut en trouver dans d’autres Comic Con mondiaux. De plus, la plupart des employés des stands ne parlaient qu’anglais, ce qui était un obstacle pour une partie des visiteurs.

Fréquentation du salon

 Le public était globalement d‘une trentaine d’année, dont certains parents avec enfants.

Le vendredi, le festival ne se tenait que l’après-midi et il semble avoir été dépassé par le nombre de personnes attendues. Il fallait près d’une heure pour pouvoir rentrer dans le festival et celui-ci était tellement blindé qu’il était quasiment impossible de circuler dans les allées. On avait l’impression d’être sur les quais de Châtelet les Halles en heures de pointe. Malgré toute ma bonne volonté, il me fallait à certains moments bousculer les autres visiteurs pour pouvoir avancer.

Le samedi, la circulation était curieusement un peu plus aisée, le nombre de personnes attendues étant normalement supérieures à vendredi, la billetterie n’ayant même pas pu ouvrir du fait de l’absence de places supplémentaires disponibles. Mais il y a de fortes chances que ce soit lié aux personnes étant parties ou n’étant pas venues suite à l’absence de Maisie Williams ou encore ayant revendues leurs places suite à leur déception le vendredi, comme cela a pu se voir sur les réseaux sociaux.

IMG_0256

Durée des conférences trop courtes

Je n’ai pu assister qu’à une seule conférence avec Jeff Mann, malheureusement beaucoup trop courte (45 minutes, traduction comprise), ce qui n’a permis que de survoler l’animation chez ILM, sans même pouvoir vraiment parler de l’animation numérique. Le sujet était « ILM, de Star Wars à Jurassic Park » mais ces films n’ont même pas été traités. La salle de conférence était agréable mais une conférence d’au moins une heure aurait été préférable vu l’ampleur du sujet et l’intérêt que le public y portait.

 Temps d’attente

Au final, on passe plus de temps à faire la queue qu’autre chose. Le samedi matin, malgré le fait d’être arrivé dans les premiers (plus d’une heure avant l’ouverture), il m’a fallu faire 1h20 de queue pour avoir un ticket de dédicaces, la file étant déjà pleine des tickets VIP et 3 jours qui rentraient une demie-heure avant à mon entrée dans le salon. Les dédicaces les plus limitées en nombre comme celles de Frank Miller n’étaient ainsi jamais disponibles pour les billets normaux, celles-ci étant épuisées dès le début. Cependant, 1h30 plus tard, il fallait moins de 5 minutes de queue pour obtenir les tickets qui restaient comme Joan Sfarr.

IMG_0409

M’étant présentée 10 minutes avant une conférence, il n’y avait plus de places disponibles et tous les visiteurs présents pour celle d’après se sont retrouvés placés dans un petit amphithéâtre devant la salle de conférence près d’une heure. Si vous arriviez 30 minutes avant la conférence, vous n’aviez par conséquent aucune chance de pouvoir y assister. D’après d’autres visiteurs, c’était pareil pour les panels et autres animations ayant lieu dans la salle principale.

Bref, c’est comme Disneyland : 1 heure de file d’attente pour peu de minutes de plaisir.

On peut aussi ajouter les escaliers permettant d’accéder et de partir des dédicaces, n’ayant aucune signalisation concernant le sens de circulation et les employés qui devaient demander en permanence aux visiteurs de redescendre parce que ce n’était pas le bon. La personne d’ailleurs chargée de distribuer les tickets de dédicaces était comme Harry Potter : sous l’escalier.

EN CONCLUSION

Ce festival souffre de la comparaison avec d’autres festivals mieux organisés. On sent que ce n’est pas de la mauvaise volonté (les artistes invités étaient intéressants et sympathiques, tout comme les sujets abordés) mais les différents problèmes d’organisation gâchaient clairement l’expérience. Le prix du billet était du coup trop cher par rapport aux nombres d’activités ou au nombre limité de stand proposés ou faisables étant donné les trop grandes files d’attente par activités. Rappelons-nous cependant que ceci n’est que leur première édition en solo, il est donc fort probable que la seconde édition soit meilleure et nous lui laisserons par conséquent sa chance.

[IRL] "Game of Thrones : l'exposition" à Paris

2015-09-10 15.12.41Après son passage à Londres, Stockholm, Tel Aviv, Madrid, Berlin et Amsterdam, l’exposition gratuite Game of Thrones se tient pour quelques jours seulement à Paris, dans le prestigieux Carroussel du Louvre. Les places se vendaient (façon de parler) chères pendant les réservations. Nous avons néanmoins obtenu le Graal sacré (sans lapin blanc aux yeux rouges pour me sauter dessus, comprendra qui pourra). Voici pour vous, fidèles lecteurs et lectrices, le compte-rendu de notre visite de cette exposition itinérante.

Dès l’arrivée dans la place de l’exposition, nous sommes acceuillis, HBO et Orange oblige, par des publicités des différents programmes des 2 chaînes. Après un rapide contrôle d’identité (comme je le disais, les places étaient difficiles à réserver vu le peuple attendu) et un peu en avance, nous patientons dans une file à l’entrée d’une petite salle où, déjà, des tentures aux couleurs des différentes maisons donnent le ton.

2015-09-10 14.23.48

L’exposition en elle-même n’est pas bien grande ( 3 salles ouvertes dont une dédiée à l’ascencion du Mur) mais assez complète.

Du niveau de l’exposition en elle-même, on retrouve de nombreux accessoires cultes de la série :  les oeufs de dragon, les différentes armes et épées dont Aiguille et Grand-Griffe, la couronne de Joffrey Lannister ou encore les différents bijoux portés dans la série. On retrouve aussi près d’une vingtaine de costumes, ce qui permet de voir de plus près les détails qui y sont apportés par la costumière et son équipe. Certains costumes ou accessoires étaient d’ailleurs exclusifs à l’exposition parisienne. Les costumes sont présentés devant des panneaux agrémentés de photos, principalement de la dernière saison. Les différents mort de la série sont honorés sur un panneau “Valar Morghulis”, faisant ainsi office de spoiler géant pour quiconque n’ayant pas vu les 5 saisons avant de faire l’exposition.

2015-09-10 15.28.00

A côté de l’exposition se tiennent plusieurs activités vraiment sympathiques. Il y a plusieurs espaces photo dont le trône de fer (en plastique) bien entendu incontournable, une silhouette pour se comparer avec La Montagne (qui n’a rien d’impressionnant pour moi, le rédacteur Clem2k faisant la même taille) ou le selfie avec le marcheur Blanc. Il y a aussi 3 activités interactives où vous pouvez vous faire brûler vif par un dragon ou vous faire transformer en marcheur blanc. Ces 2 activités nécessitent de s’être pré-enregistré sur le site de l’exposition, la vidéo et les photos parvenant directement sur le mur de votre espace personnel. La dernière activité, non des moindres, est l’ascencion du Mur en 4D. Dans une cabine à l’aspect de l’ascenceur du Mur en réduit, vous en revivez l’ascencion à l’aide de la technologie Oculus Rift. Complément coupé du monde par l’appareil et un casque audio, un ventilateur vous soufflant de l’air en parallèle, l’expérience est immersive. Les graphismes de l’Oculus Rift sont moyens mais c’est vraiment une excellente idée et l’expérience 4D est vraiment agréable. Afin de vous faire patienter pendant le temps d’attente pour ces activités (de 20 minutes maximum dans mon cas), différents écrans proposent des making-of : costumes, journée du tournage de la série ou applications des différents effets spéciaux.

2015-09-10 15.23.36

A la sortie de l’exposition, vous retrouvez bien sûr une petite boutique de quelques mètres avec de nombreux produits en vente dans les magasins spécialisés et quelques produits exclusifs de l’exposition comme des tee-shirts ou des mugs.

Pour conclure, cette initiative de HBO et Orange est vraiment excellente, étant donné que tout cela est proposé gratuitement. A quelques exceptions près, le personnel est souriant, enthousiaste et efficace malgré la pression et la fatigue que peut engendrer ce type d’exposition. C’était vraiment une très belle expérience.

Comme un dessin vaut mieux qu’un long discours, voici une sélection de photos.

[IRL] Paris Comics Expo 2014

Paris Comics Expo est un évènement regroupant fans de la culture comics, artistes et commerçants qui fête cette année son troisième anniversaire.

Le festival n’est vraiment pas très grand : un peu plus de 5. 000 m². Comparé à ceux dont j’ai l’habitude (Japan Expo, Geekopolis…), il m’a paru minuscule et j’ai été un peu déçue sur le coup par rapport au prix du billet journalier. Dans de bonnes conditions comme celles du dimanche matin, on en fait le tour en un peu moins de vingt minutes en prenant son temps.

A noter que j’ai eu la chance de profiter du festival dans de très bonnes conditions, le public n’étant pas au rendez-vous à l’ouverture le dimanche matin, les 10h00 en ayant échaudé plus d’un. Cela m’a permis de pouvoir approcher tranquillement les artistes et cosplayers. D’après les artistes présents la veille, le festival était tellement encombré le samedi qu’il était quasiment impossible de circuler dans les allées.

Mais la force du festival est dans sa diversité. Bien sûr, il y a les artistes : un des invités vedettes de cette édition était Tim Sale, connu pour ses oeuvres autour du personnage de Batman. Au total, j’ai pu apercevoir près de 50 dessinateurs en dédicace ainsi que des acteurs comme Kenneth Backer, interprète de R2D2. Ce festival est effectivement l’occasion pour les collectionneurs d’autographes de découvrir de nouveaux artistes ou d’obtenir le précieux sésame de la part d’un artiste célèbre dont les venues en France sont rares.

Plusieurs stands d’associations étaient présents, représentant de nombreux univers chers au fans: Star Wars avec entre autres la 59ème Légion et le fabuleux R2 Builder dont les R2 radiocommandés m’ont épaté, Jurassic Park avec Cuzco Animatronics et son incroyable T-Rex, Walking Dead avec les décors de En-Phaz productions, Ghostbusters avec Ecto-1 et Ghostbusters France ou encore Stargate avec l’association SG4F.  Cette immersion était prolongée par les nombreux cosplayeurs présents sur le salon.

Des activités étaient proposées par plusieurs stands : par exemple, Urban Comics proposait pour les plus jeunes des ateliers dessins et maquillage sur le thème de My Little Pony, le stand d’Anigetter, présents dans de nombreuses conventions et qui exposait ses nouvelles créations (papercraft, origami…), permettait aux gens de s’initier aux origamis de super-héros et le stand de La Petite Muse proposait une initiation au dessin. Niveau animation, sur la scène du festival, quizz et concours de cosplay permettaient aux visiteurs de se divertir et d’admirer le travail des cosplayeurs, souvent très poussé de ce que j’ai pu en voir. Pour en apprendre plus sur l’univers des héros et des comics, le programme de conférence était assez complet : j’ai assisté à celle sur Alan Moore animé par l’équipe de Comic Box et je l’ai beaucoup apprécié. Les visiteurs pouvaient aussi profiter de petites expositions autour du cosplay ou du comics.

Enfin, les boutiques étaient assez variées : produits de collection anciens à ceux plus récents, goodies, comics, tee-shirts, vêtements et même cupcake ou bière avec verre décoré.

Bref, je suis un peu déçue par cette convention que j’imaginais beaucoup plus grande mais, si l’on fait dédicaces, conférences et animations, elle permet de passer un très bon moment dans une ambiance conviviale et agréable avec de vrais passionnés.

 Parce qu’un dessin vaut mieux qu’un long discours, je vous laisse voir cela plus en détails dans la galerie photo ci-dessous.

[EVENT] « ANIMAL CROSSING : NEW LEAF » : L'exposition participative ouvre enfin ses portes à Paris !

IMG_7575Nintendo France s’apprête à offrir une galerie éphémère à son fameux jeu Animal Crossing : New Leaf, véritable phénomèneavec 4 millions d’exemplaires vendus au Japon et plus de 200 000 joueurs en France.

L’exposition  Animal Crossing : New Leaf  ouvrira ses portes du 18 octobre au 4 novembre à L’Imprimerie, 16 rue Saint-Merri, dans le 4e arrondissement de la capitale.

Animal Crossing : New Leaf, c’est un jeu dans lequel on crée sa propre maison, son propre village, ses propres vêtementsexactement comme on en a envie. Chacun peut laisser libre cours à son imagination et tenter de débloquer autant d’accessoires qu’il le veut pour créer le monde qui lui ressemble le plus. Cela a donné naissance à de nombreux univers uniques et inattendus sortis de l’imagination des joueurs : des maisons de pirates, d’autres aux couleurs d’Halloween, des univers « geeks », hard rock, aux couleurs de Mario, de Sherlock Holmes ou du Professeur Layton….C’est cette créativité que Nintendo souhaite mettre à l’honneur avec l’exposition participative qui ouvrira ses portes à Paris le 18 octobre.

L’exposition proposera, dans un espace de 140 m2, de découvrir le jeu, son univers, mais aussi des centaines de captures d’écran d’intérieurs réalisés par des joueurs de toutes les régions de France.

Animal Crossing : New Leaf  met à disposition des utilisateurs des objets de décoration ainsi que des outils de création permettant des milliers de possibilités. C’est cette diversité et cette créativité qui seront montrées au public. Des ateliers coloriages seront proposés aux enfants chaque jour de 14h à 17h. Ils pourront choisir un dessin à colorier parmi plusieurs réalisations proposées par la talentueuse dessinatrice et coloriste de bandes dessinées Thorn. Cette dernière, fan d’Animal Crossing : New Leaf, a déjà publié certaines de ses œuvres relatives à l’univers du jeu sur son blog :http://bulleblog.tumblr.com/. L’occasion de repartir avec un coloriage inspiré du jeu !

L’exposition étant par essence participative, il sera également possible pour le grand public d’exposer ses propres créations et ce durant toute la durée de l’événement. Pour cela il suffira soit d’envoyer par internet sa capture d’écran vial’outil de partage d’image de la Nintendo 3DS avec le hasthag #ExpoACNL, soit venir le faire imprimer directement à la galerie, à condition de venir avec une console ou une carte SD contenant la capture d’écran. Alors n’hésitez pas à envoyer vos créations dès maintenant, elles seront peut-être affichées.

Des bornes Nintendo 3DS seront à disposition de ceux qui désirent découvrir Animal Crossing : New Leaf.
Le public pourra alors s’immerger dans le monde paisible d’Animal Crossing: New Leaf où règnent harmonie et partage.

[EVENT] Tout le monde a ses chances d'être exposé avec l'exposition participative « ANIMAL CROSSING : NEW LEAF » qui ouvre le 18 octobre à Paris

nfr_cdp_exposition_animal_crossing_new_leaf.002Venez découvrir l’univers du jeu phénomène et exposer la décoration de VOS rêves 

Nintendo France s’apprête à offrir une galerie éphémère à son fameux jeu Animal Crossing : New Leaf, véritable phénomène avec 4 millions d’exemplaires vendus au Japon et plus de 200 000 joueurs en France.

L’exposition  Animal Crossing : New Leaf  ouvrira ses portes du 18 octobre au 4 novembre à L’Imprimerie, 16 rue Saint-Merri, dans le 4e arrondissement de la capitale.

Animal Crossing : New Leaf, c’est un jeu dans lequel on crée sa propre maison, son propre village, ses propres vêtements exactement comme on en a envie. Chacun peut laisser libre cours à son imagination et tenter de débloquer autant d’accessoires qu’il le veut pour créer le monde qui lui ressemble le plus. Cela a donné naissance à de nombreux univers uniques et inattendus sortis de l’imagination des joueurs : des maisons de pirates, d’autres aux couleurs d’Halloween, des univers « geeks », hard rock, aux couleurs de Mario, de Sherlock Holmes ou du Professeur Layton….C’est cette créativité que Nintendo souhaite mettre à l’honneur avec l’exposition participative qui ouvrira ses portes à Paris le 18 octobre.

L’exposition proposera, dans un espace de 140 m2, de découvrir le jeu, son univers, mais aussi des centaines de captures d’écran d’intérieursréalisés par des joueurs de toutes les régions de France. Animal Crossing : New Leaf  met à disposition des utilisateurs des objets de décoration ainsi que des outils de création permettant des milliers de possibilités. C’est cette diversité et cette créativité qui seront montrées au public. Des ateliers coloriages seront proposés aux enfants chaque jour de 14h à 17h. Ils pourront choisir un dessin à colorier parmi plusieurs réalisations proposées par la talentueuse dessinatrice et coloriste de bandes dessinées Thorn. Cette dernière, fan d’Animal Crossing : New Leaf, a déjà publié certaines de ses œuvres relatives à l’univers du jeu sur son blog : http://bulleblog.tumblr.com/. L’occasion de repartir avec un coloriage inspiré du jeu !

L’exposition étant par essence participative, il sera également possible pour le grand public d’exposer ses propres créations et ce durant toute la durée de l’événement. Pour cela il suffira soit d’envoyer par internet sa capture d’écran via l’outil de partage d’image de la Nintendo 3DS avec le hasthag #expoACNL, soit venir le faire imprimer directement à la galerie, à condition de venir avec une console ou une carte SD contenant la capture d’écran. Alors n’hésitez pas à envoyer vos créations dès maintenant, elles seront peut-être affichées.

Des bornes Nintendo 3DS seront à disposition de ceux qui désirent découvrir Animal Crossing : New Leaf. Le public pourra alors s’immerger dans le monde paisible d’Animal Crossing: New Leaf où règnent harmonie et partage.

Infos pratiques :
Exposition : Animal Crossing : New Leaf
Lieu : L’Imprimerie – Paris, Le Marais 16 rue Saint-Merri 75004
Date d’ouverture au public : du 18 octobre au 4 novembre.
Du lundi au dimanche de 12h30 à 19h30.
Gratuit pour tous.

[NEWS] Exposition "Et l'Homme …créa le robot" au musée des Arts et Métiers

2013-02-28 17.25.56Pour ceux et celles qui sont sur Paris, ce sont actuellement les derniers jours de l’exposition temporaire “Et l’Homme … créa le robot” au Musée des Arts et Métiers, celle-ci s’achève dimanche 03 mars. Bien que petite en taille, cette exposition est à ne pas rater pour quiconque intéressé par la robotique. Elle est l’occasion de voir de près , entre autres, des robots d’usine en fonctionnement, des modèles de robots utilisés pour scruter les fonds sous-marin ou circuler et effectuer de petites tâches dans les centrales nucléaires.

C’est aussi d’un point de vue plus geek l’occasion de voir un modèle Aibo et des modèles Nao en fonctionnement, ce dernier étant particulièrement impressionnant dans la souplesse et le nombre de ses mouvements. Concernant l’Aibo, cela fait regretter que la production aie été stoppée. Vous pourrez aussi manipuler via une tablette à disposition un Reeti, robot expressif.

Enfin, vous pourrez voir de très près le R2D2 original de l’Empire contre-attaque ou d’un robot NS-5 de I,Robot dont le modèle le plus connu est bien entendu Sunny, le robot qui pense. Il y a aussi des répliques à l’échelle d’autres robots connus comme C3PO.

Encore une fois, l’exposition n’est pas très grande et en faire le tour en lisant tous les panneaux vous prendra une petite heure au mieux mais il serait dommage de louper l’occasion de voir d’aussi près des prouesses de robotique.

Vous pouvez en savoir plus sur le site de l’exposition : http://robots.arts-et-metiers.net .


 

Le grand palais sort le grand jeu

Du 10 novembre 2011 au 10 janvier 2012, le jeu vidéo s’installe au grand palais.
“Exposition organisée par la Rmn – Grand Palais avec la collaboration du musée national des Arts asiatiques Guimet et de l’association MO5.COM .Cette exposition marque la réouverture de la Galerie sud-est, nouvel espace d’exposition au Grand Palais.” (RMN – http://www.rmn.fr/francais/les-musees-et-leurs-expositions/autres-a-paris/expositions-149/game-story-une-histoire-du-jeu )
Une expo à ne pas manquer en somme !
Le jeu vidéo considéré comme une part de la culture, enfin, j’ai envie de dire ! Surtout on va pouvoir jouer, voire rejouer pour certains, et prendre du plaisir surtout ! L’exposition sera marquée par deux temps forts :

LES JEUDIS 17 NOVEMBRE, 1ER DECEMBRE ET 15 DECEMBRE A 20H : L’HISTOIRE DES JEUX VIDEO
Par Philippe Dubois, Président de l’Association MO5.COM
LES JEUDIS 24 NOVEMBRE, 8 DECEMBRE ET 5 JANVIER A 20H : HITS DES JEUX VIDEO DANS LA PRESSE SPECIALISEE
Par Yves Breem, Association MO5.COM

Je ne saurai trop vous conseiller de surveiller l’événement et surtout d’y aller !
La presse en parle déjà :
GAMEBLOG : http://www.gameblog.fr/news_22681_le-jeu-video-au-grand-palais-de-paris
L’express : http://www.lexpress.fr/culture/art/le-jeu-video-entre-au-grand-palais_996743.html
Sortir à Paris : http://www.sortiraparis.com/art-culture/exposition-game-story-une-histoire-du-jeu-video-au-grand-palais-42458.html
Jeuxvidéo.com http://www.jeuxvideo.com/news/2011/00051913-le-jeu-video-entre-au-grand-palais.htm
Direct Star : http://www.directstar.fr/news-actu/jeux-video/le-jeu-video-au-grand-palais-de-paris_004990