Dossier : Dématérialisé, DLC, DRM, Cloud …

L’erreur 37 a fait couler beaucoup d’encre numérique sur les réseaux sociaux, dans les forums, et elle m’a donné envie d’en rajouter une belle couche en écrivant à la fois toute la haine et tout le plaisir que je trouve dans le dématérialisé … Je vous ai donc préparé un petit dossier, subjectif comme toujours, bref, mon petit point de vue sur tout ce que je trouve génial, tout ce qui me fait peur, et tout ce qui me dégoute dans ce nouveau mode de distribution …

Le dématérialisé :

Le dématérialisé c’est quoi ? Pour ceux qui ne sont pas coutumiers du truc c’est un jeu qu’on peut acquérir sans support physique (non je ne parle que des jeux, je ne vais pas parler de la musique ni de la VOD, …). On veut jouer à un jeu, on allume sa console ou son ordo, on se connecte à un fournisseur (SEN, XBLA, Boutique virtuelle Nintendo, Steam, Battle.net, …) on achète une licence, on télécharge une copie du jeu et on joue … Du moins quand tout se passe bien ! L’avantage du truc c’est que c’est rapide (quand on a une bonne connexion), qu’on peut acheter un jeu à tout moment, à toute heure du jour ou de la nuit, que des fois c’est moins cher que la version boite du jeu quand elle existe, et qu’on peut trouver des jeux « indies » et découvrir des petites perles …

Les « petits » jeux :

Grace au démat, je me suis bien marré sur des petites productions indépendantes, que ce soit Tecnho Kitten Adventures sur XBLA, ou Flying Hamsters dans la gamme minis du SEN, j’ai pu passer quelques heures de fun pour pas cher, quasiment instantanément vu la taille à télécharger des jeux. Un autre petit bijou chronophage du moment ça a été Trials Evolution sur XBLA, un carton plein pour moi : simple, ultra fun, addictif, pas cher du tout, des heures de fun pour même pas un tiers le prix d’une production standard. Jusque là c’est que du bonheur de me proposer ce genre de service. Après certes il n’y a vraiment pas que du bon dans ces petits jeux, on trouve aussi beaucoup de daubes, mais quand on se renseigne un peu auprès des potes, en regardant la presse, on trouve un peu ce qui nous convient, et dans le pire des cas on a perdu seulement une dizaines d’euros … pas 70 … Même si on peut revendre un jeu qu’on a acheté 70 euros si il nous plait pas, on va le revendre à perte, tandis qu’un jeu à 5 euros qui ne nous plait pas on a perdu que ces 5 euros … et ça encore c’est quand il n’y a pas de démo du jeu en question …

Les jeux « boites » dispo en téléchargement :

Là c’est une autre histoire, et je dois avouer que je ne situe pas bien l’intérêt du truc … Un jeu en boite que je peux aller acheter en magasin, qui pèse 4Go ou plus à télécharger, que je peux avoir en démat … ouais ok, il est où l’intérêt ? Moins cher ? Bof, je préfère attendre une éventuelle baisse de prix, je préfère avoir la galette à disposition, voire l’acheter d’occasion, ou me servir d’un prestataire de troc de jeux … mais le démat, je ne vois pas l’intérêt … Cela va saturer le disque de ma console, ce n’est pas rapide à télécharger, ce n’est pas VRAIMENT moins cher, aucun signe de bonne affaire selon moi … surtout que je ne pourrai pas revendre le jeu en question le jour ou je m’en serai lassé …

Steam et consorts :

Sur PC (et Mac, ne soyons pas intolérants) l’histoire change un peu … aujourd’hui à cause de tous les DRM dont je vais vous parler plus bas, on ne trouve plus vraiment d’intérêt à revendre un jeu PC, donc si c’est moins cher pourquoi ne pas craquer pour les jeux en démat … On va pouvoir changer de machine comme on veut, et trouver un micro intérêt à la chose …

Les DLC :

Alors là on arrive aux trucs qui m’ont à la fois le plus emballé et le plus foutu en rogne sur le sujet …

La partie fun c’est quand j’ai vraiment trouvé un intérêt, un vrai addon à mes jeux. Le plus marquant pour moi c’est Singstar (oui je suis fan de Karaoke), j’ai attendu le Singstore très longtemps, j’en ai même rêvé depuis les versions PS2 de singstar, je l’ai fantasmé, et quand ils ont ouvert le singstore je suis devenu fan ! Certes une chanson à 1,49 euros c’est pas donné, mais ça reste du micro paiement, et sur 5 ans j’ai du acheter près de 400 chansons, je n’aurai jamais du faire le calcul, du coup c’est officiel, Singstar est le jeu qui m’a couté le plus cher dans mon histoire de gamer ! Même principe pour tous les jeux musicaux d’ailleurs, que ce soit singstar, guitar hero, ou rock band, c’est là même … Donc sur ce côté à part l’impression d’être une vache à lait, je suis super content que cela existe … Dans un autre registre il existe certains jeux que j’ai vraiment adorés, et retournés dans tous les sens, là je pense de suite à Fallout 3 … Une fois que j’ai épuisé le jeu, la replay value a bien chuté parce que je n’avais pas envie de tout recommencer, MAIS j’ai eu des DLC à dispo qui ont réussi pour pas cher à me faire replonger dans le jeu, de belles extensions (inégales entres elles certes, mais elles ont le mérite de m’avoir fait passer des heures de plus sur le jeu).

Après il y a d’autres facettes des DLC, celles qui me dégoutent un peu … j’adore les jeux de baston, ce n’est un secret pour personne. Quel plaisir d’avoir des jeux qui nous proposent des nouvelles tenues (Street Fighter IV, SoulCalibur V, Marvel VS Capcom III, … ), de nouvelles armes (SoulCalibur V), de nouvveaux personnages (Mortal Kombat, Marvel VS Capcom III, …). Je suis aussi fan de jeux de course, d’arcade surtout, et quel bonheur de pouvoir avoir de nouvelles voitures ou de nouveaux circuits … Jusque là rien qui ne puisse me dégouter me direz-vous ? NON, rien, sauf qu’une fois qu’une fois que j’ai payé, je télécharge … une clé de déverrouillage ? Quoi ? Une clé ??? 1 misérable kilo octet ??? Non mais si je réfléchis deux secondes ça veut dire que mon perso ou ma bagnole bah il se trouve sur le CD/DVD du jeu … donc je paye pour accéder à un truc qui est sur la galette que j’ai acheté si je comprends bien … Ouais bof, alors pourquoi les éditeurs les lachent au compte goutte et pas tous le jour de la sortie du jeu ??? Et du coup si je compte bien, je paye le jeu le prix fort (on va dire 70 euros hein ^^) on rajouter une 30aine d’euros de clés pour les DLC sur toute la durée de vie du jeu … et là j’ai payé 100 euros le jeu !!! Sauf que sur certains jeux comme ceux de Capcom ou Namco je suis tellement fan que je les achète quand même … Si j’étudie mon comportement à froid je dirai que je suis débile … mais l’excitation de la sortie d’un jeu tant attendu fait que dès que j’ai un DLC je craque …

On trouve encore d’autres DLC et ceux là sont vraiment les plus honteux … Qui ne connait pas le KONAMI CODE, si vous lisez cet article en entier, je suppose que vous connaissez, sinon demandez à google … Bref, avant pour tricher on faisait un code à la manette, souvent assez tordu, et pouf on avait les vies infinies ou le debug mode … mais non aujourd’hui pour ces codes il faut payer … normal selon vous ???

Les Patchs :

Autre truc qui m’énerve plutôt pas mal, c’est ces cochoncetés de Patchs ! Maintenant tu achètes un jeu, tu déballes le plastique, tu mets le jeu dans ta console et tu dois poireauter entre 10 et 45 minutes que le premier patch soit installé … LE JOUR DE LA SORTIE DU JEU !!! Je comprends aisément que par commodité les éditeurs préfèrent sortir un jeu pas fini sur les CD/DVD et mettre en ligne un patch, cela évite de retarder la sortie, mais c’est tout de même un foutage de gueule généralisé … On ne prend plus le temps de bien tester un jeu, les joueurs le feront pour nous doivent penser les développeurs … c’est pratique, mais je suis pas BETA testeur moi, je suis GAMER !

Les DRM :

Les DRM c’est une autre histoire … je comprends que les développeurs veuillent protéger leur travail. Je suis développeur (pas de jeux hein), mais si je créais un programme formidable (et pas cher hein), j’aimerai bien que les gens qui l’utilisent régulièrement me donne un peu de sous, parce que j’aime ça les sous ! (même si pour mon cas il est plus probable que mes oeuvres persos soient de l’open source …). Bref, le principe de la protection, je comprends. Ce que je ne comprends pas c’est que ces foutus DRM la plupart du temps ne pénalisent que ceux qui ont légalement acheté le jeu … Je me souviens de certains jeux que j’ai acheté que je n’ai pas pu installer, voire pas pu lancer à cause du système de protection défaillant ou trop mal calibré … et du coup le paradoxe s’installe, il faut trouver un crack pour un jeu acheté légalement !!! Le dernier Chessmaster que j’ai acheté m’a fait le coup, et je suis navré, mais c’est fini je n’achèterai plus un Chessmaster de ma vie parce que devoir bidouiller pour lancer un jeu acheté c’est juste inadmissible !

Après il y a les DRM dissimulés, comme récemment ceux de Diablo III. Diablo III, jeu solo principalement, avec des fonctionnalités online sympathiques certes mais qui pour moi sont anecdotiques. Pourquoi donc devoir se logguer sur Battle.net pour lancer une partie solo ? Heu, je veux juste lancer mon jeu et créer mon perso, j’en ai rien à foutre de battle.net pour le moment … (j’y viendrai plus tard mais là je veux jouer en solo) … et du coup si le serveur est tombé bah moi je joue pas au jeu solo que j’ai acheté en boite … ERREUR 37 merci !

Le cloud gaming :

Le cloud gaming, décrit par l’industrie du jeu vidéo comme le futur du jeu vidéo. J’ai même surpris KOJIMA Hideo à être vraiment enthousiaste lors de la masterclass Metal Gear 25th anniversary … Mais heu … non, moi ça ne me plait pas, ça me fait peur ! Pour Portal 2 j’ai trouvé sympa le cloud pour la sauvegarde, je joue sur ma PS3, ma sauvegarde part sur le nuage et je continue la partie dans la pièce d’à coté sur mon PC … ouais ok, ça c’est fun, mais pas plus. Pour la PSVita et le Crossgaming avec la PS3 ça peut le faire aussi. Mais le cloud gaming va plus loin encore. Plus de console dans votre salon, juste une boite qui gère l’affichage du jeu qui tourne sur un serveur on ne sait ou. Un peu comme le principe des NS (Network Station) ou Wyse à votre travail, pas de processeur dans la machine, juste une carte réseau et un affichage. Du coup que ce passe-t-il si j’ai une connexion de daube ? Que se passe-t-il si tout le monde se connecte en même temps ? Que ce passe-t-il si je suis un vieux nostalgique (pour pas dire un vieux con) qui veut un objet physique, qui veut déballer son jeu, qui veut profiter de sa collection de jeux sur son meuble dans le salon ? Outre les détails techniques qui ne seront jamais vraiment au point, je ne vois des avantages dans tout cela que pour les éditeurs, qui du coup ne gèreront plus que des connexions à des comptes, qui auront enfin tué le marché de l’occasion qu’ils n’arrivent toujours pas à contrôler, qui auront enfin lutté contre le piratage (ça ça serait le seul point positif) …

Le joueur dans tout ça ?

Et le joueur dans tout ça ? On va lui offrir quoi ? Une baisse de prix significative ? Je ne suis pas sûr mais peut-être que je me trompe … Mais est-ce que cela suffit cet argument économique ? Je ne suis pas sûr quand je vois les joueurs qui prennent des versions collectors qui dépassent les 100 euros pour la plupart … donc du coup qui gagne avec le démat ? Les casuals gamers ? Peut-être … mais pas moi en tous cas.

Quand ça se passe mal …

Quand ça se passe mal, quand une console crame (ça arrive), quand on a envie d’en changer parce qu’une autre est plus jolie (ouais je sais je suis un ouf, mais la XBOX Gears Of War elle était trop belle) … bref, comment ça se passe ? Je vais juste vous raconter ce qui c’est passé pour moi, peut-être que pour d’autres ça c’est mieux passé hein, mais en tous cas j’ai eu des soucis …

Sony : ma première PS3, une qui possédait l’emotion engine, et qui donc faisait tourner les jeux PS2 a décidé de décéder : paix à son âme … Du coup tous mes achats que ce soit pour Ridge Racer, Street Fighter, … bah je ne les avais plus. Une désactivation de console qui se fait en quelques minutes, une activation de la nouvelle console, un mail à Sony pour les DLC singstar (procédure différente que pour les achats SEN), bref, en une semaine à peine j’ai tout récupéré …

Microsoft : j’ai décidé que la Xbox Gears Of War était pour moi, juste pour une question esthétique, une clé de profil copiée sur une clé usb, puis restaurée sur la nouvelle console, j’ai retéléchargé tout mes achats, manip effectuée en moins d’une heure.

Nintendo : le pire du pire du pire du pire !!! J’ai changé de DS, je suis passé d’une DS XL à une DS XL (oui j’ai juste changé d’une console qui était morte pour une nouvelle du même modèle … sauf que comme je suis un impatient je suis pas passé par le SAV, j’ai juste acheté une nouvelle console hein). Et mes petits jeux je fais comment pour les retélécharger ? bah je ne peux pas … J’ai eu beau demander gentiment à Nintendo, leur prouver avec relevés de comptes, et emails qui viennent de chez eux que j’ai achetés les jeux, j’ai eu beau les menacer par lettre recommandée … la seule solution qu’ils m’ont proposer pour télécharger à nouveau c’était de PAYER A NOUVEAU … merci big N … plus jamais je n’achèterai un truc en ligne chez vous !!!

Battle.net : juste deux mots ERREUR 37

Le futur du démat :

Du coup le futur du démat, et le futur du jeu vidéo me fait peur, c’était tellement simple de mettre une cartouche dans la mégadrive, de faire HAUT BAS GAUCHE DROITE A+B+C+Start pour Sonic, non aujourd’hui on achete un jeu, il faut le mettre à jour, repayer pour avoir la version complète de tout ce qu’il y a sur le CD, repayer pour tricher, repayer pour … Ouais, vivement le futur hein ! Le seul problème avec ça c’est que tout le monde va se ruer en brocantes pour trouver du rétro gaming, parce qu’il ne restera plus que ça pour vraiment s’amuser …

Pour conclure sur cet exposé très contradictoire, je suis partagé sur le sujet, à la fois quant à l’utilité du démat, quant au plaisir qu’il m’apporte par rapport aux galères … bref, j’aime le démat, je hais le démat, le démat me fait peur pour le futur …

3 réponses sur “Dossier : Dématérialisé, DLC, DRM, Cloud …”

  1. Popopopop ! Je t’arrête tout de suite quand tu dis :
    « On ne prend plus le temps de bien tester un jeu, les joueurs le feront pour nous doivent penser les développeurs »
    Les développeurs ne demandent rien de mieux que d’avoir 3 mois de plus pour finir leurs jeux, bien le peaufiner et sortir un truc qui aura du succès auprès du joueur plutôt que de poster des excuses sur les forums en attendant d’avoir le patch suprême qui fera plus chier.
    Seulement, ça se passe pas comme ça en vrai. Car en vrai, les types qui décident de la sortie des jeux c’est pas les développeurs mais le département marketing du publisher qui a payé le développeur pour le jeu. C’est souvent pas les mêmes, et ils n’ont souvent pas la même chose en tête quand on leur parle de date de sortie !
    Le développeur lui il voit la date de sortie « quand le jeu sera fini », comme dans le temps.
    Le publisher, quant à lui, il voit la date de sortie « pour Noël », quand ça rapporte. Ca explique que le personnel de la plupart des boîtes de jeux ne soit pas tout bronzé pendant l’été : en fait, on bosse ! Fini en septembre, rapidement bouclé pour novembre, dans les bacs en décembre !
    Hé ouais: le marketing tue le jeu-vidéo. Et ça n’arrive pas qu’aux petits : Battlefield 3 avec ses serveurs moisis, Diablo 3 idem, Naughty Dog avec des démos faites à l’arrache pour les salons pour que le marketing puisse faire une jolie présentation de 2 minutes, etc. Les exemples ne manquent pas !

    1. Merci pour la précision, je suis tout à fait d’accord en plus … le marketing ne nous fait pas de bien. Les joueurs ne sont pas tous capables d’attendre trois mois de plus et préfèrent sans doute avoir leur jeu « à temps » … mais franchement si le jeu se prend trois mois dans la vue et que je ne vois pas le patch arriver ça ne me gène pas … mais encore ça reste mon avis.

  2. Moi je dis que c de la MERDE ! Et franchement si ça continue comme ça, bah on est mal barré :/ Même si j’aime bien certaine jeu comme Escape plan ça fait qu’en même mal de ne pas l’avoir dans son étagère de GEEK :/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.