Jonas, ou l'enfer des stars du rock pour ado

Jonas : couvertureVoici enfin la critique tant attendue du jeu DS des Jonas Brother sorti  en 2010 ! Vous y incarnez un fan qui est invité à accompagner les Jonas dans leurs journées type de « star du rock » et de lycéens. Comme vous allez le voir, j’ai choisi de pousser le test pour ce jeu.

Jonas "Non, on n'est pas superficiel"

Graphisme et son

Sans être exceptionnel, le graphisme est très agréable pour un jeu DS bien qu’un peu raide au niveau des déplacements. La musique est de bonne qualité sonore et se laisse écouter. Les bruitages sont assez rares (bruit des objets sonores et cris des fans principalement).

Ecrans de jeu

Lors des vidéos, les personnages apparaissent en haut tandis que les dialogues s’affichent en bas. En phase de jeu, l’écran du bas sert à déplacer son personnage tandis que le plan et les objectifs de mission s’affichent sur l’écran du haut. Il est regrettable de devoir passer par le menu du PDA pour pouvoir lire tout le texte indiqué sur l’écran du haut alors qu’il aurait été si facile de le faire défiler avec les touches L et R, d’autant plus que ce texte n’apparaît qu’au début de la mission.

Quant au personnages, il est dirigé grâce au stylet : plus le stylet est déplacé près du personnage, plus celui-ci ira vite. La maniabilité est un peu dure à prendre en main : on va souvent se retrouver à parler en boucle à un personnage alors qu’on souhaitait juste le contourner pour continuer notre exploration et il est difficile de le faire marcher et non courir.

La sauvegarde de la partie s’effectue en cliquant sur les distributeurs de jus de fruits disponibles dans les différents bâtiments. Point négatif : il n’y a qu’une seule sauvegarde disponible par cartouche.

Jonas sur DS : phase d'exploration

L’univers

Seul un des 3 frères est visible à l’écran, il est possible de sélectionner chacun des frères à tout moment, chaque frère ayant ses propres points de vie et pouvoirs particuliers. Quant à la carte, elle est assez large, des endroits se débloquant au fur et à mesure du jeu. Vous n’avez accès qu’à des petites zones par écran de jeu, les autres zones étant accessibles par des zones portails qui vous y envoient dès que vous vous placez dessus. Cependant, il est souvent difficile de savoir à quel endroit exactement permettent de se rendre ces portails. Bien sûr, vous n’échapperez pas aux murs invisibles qui vous empêchent d’aller aux endroits non gérés par le jeu.

 

Système de point de vie

Chaque habit des frères a un certain nombre d’étoiles de style, les habits en ayant le plus devant être achetés à l’aide de coeurs d’or à la friperie (mais n’étant pas spécialement plus beau ou original que ceux par défaut). Chaque frère a une étoile de style général qu’il perd dès qu’un de ses vêtements est trop abîmé, trop déchiré par les fans hystériques ou salis par les pots de peinture des niveaux de plateforme. Pour les récupérer, il faut retourner à la penderie dans la demeure des Jonas, le Stellascenceur, et repriser l’accessoire à l’aide de mini-jeu. Si vous ne le faites pas, votre personnage se retrouvera en pantalon déchiré dont il ne reste que le haut et en tee-shirt ringard façon un Hulk pudique : désolée pour celles qui voulaient se rincer virtuellement l’oeil, les frères ne perdent jamais leur tee-shirt ou leur pantalon. 😉 C’est un concept que j’ai trouvé intéressant mais hélas, les mini-jeux de reprise sont parfois un peu durs à manier, ce qui gâche le plaisir. Il est par contre amusant de pouvoir faire aller votre personnage au lycée en pyjama sans que le jeu ne vous dise rien. XD Le système d’habillage est très simple puisqu’il suffit de sélectionner le personnage que l’on souhaite habiller et faire glisser le vêtement à l’endroit correspondant.

Ce qui se passe quand un Jonas perd trop de point de style. ;)Ce qui se passe quand un Jonas perd trop de point de style. ;)Les différents modes de jeu

La plupart des situations du jeu se dénoueront par des riffs, un court morceau de guitare (4 notes) qui se joue avec les 4 touches de la croix directionnelle et l’écran tactile pour gratter les cordes. Le système est assez simple à prendre en main. Pour pouvoir activer ce riff, il faut remplir la jauge Jonas en touchant les divers objets produisant du son : pour l’intérieur, grille pain, clochette, radio, guitare et pour l’extérieur, voiture ou nid d’oiseau. Une fois chargé, il peut servir à recharger les appareils électriques, à effectuer des actions demandés dans le jeu comme réveiller vos frères ou à récupérer des cœurs d’or (la monnaie du jeu) auprès des fans tout en les ralentissant. D’autres riff spéciaux servent par exemple à inverser le mouvement des objets. Des pouvoirs propres à chaque personnage apparaissent au fur et à mesure du jeu : par exemple devenir invisible pour mieux échapper aux fans ou glisser sur la peinture sans se salir et donc de ne pas perdre de point de style.

Riff de guitare

Sinon, comme vous êtes les frères Jonas dans une petite ville où toutes les ados n’ont rien de mieux à faire que de camper dans les rues à attendre que vous passiez sous leur nez à toute heure du jour ou de la nuit, chaque sortie deviendra pour vous un enfer. Dans le premier niveau, vous passerez votre temps dans de nombreux aller-retour en courant pour éviter que vos fans ne déchirent vos vêtements et gâchent votre style (mais non, les frères Jonas ne sont pas superficiels). Dès lors qu’il vous faudra des coeurs d’or, vous devrez en plus essayer d’en amener le maximum au même endroit avant d’effectuer un riff afin de récolter le maximum de coeurs simultanément. Puis vous partirez en quête d’objets sonores afin de recharger votre riff, souvent poursuivi, afin de recommencer encore et encore.

Il est assez difficile d’activer le riff avant que vos fans ne vous sautent dessus (ou par dessus, c’est selon) et leur intelligence fait qu’elles sont difficiles à rassembler. En effet, si vous allez trop vite, elles se lassent de vous courir après, il faut donc tempérer votre course. Parfois, vous pouvez tourner autour d’une de vos fans que vous voulez piéger sans qu’elle ne réagisse, les autres en profitant hélas pour vous tomber dessus. Il m’est même arrivée de traverser l’une d’elle. Enfin, les donzelles ont la mémoire courte : vous passez devant elles, l’écran devient partiellement noir pour indiquer un danger, elles vous poursuivent, vous vous rendez compte que vous n’êtes pas au bon endroit, vous faites demi-tour et repassez devant elle : elles se remettent à crier et le jeu vous indique de nouveau un danger alors qu’elles étaient derrière vous il n’y a même pas 2 secondes. Sûrement l’une des parties les plus rébarbative du jeu de mon point de vue.

En plus de ces phases de jeu, le mode histoire est ponctué de mini-jeux plus ou moins sympathiques (par exemple, faire la vaisselle pour aider maman, faire un gâteau –en y intégrant les œufs et leur coquille) et de phases de simili-plateforme qui le sont moins. En effet, le maniement pour éviter les obstacles ou bouger les objets est parfois hasardeux et rend le jeu plus difficile qu’il ne l’est : vous vous retrouverez souvent à monter sur une caisse alors que vous vouliez la pousser, le tout d’ailleurs en n’ayant qu’un demi-pied dessus ou en tombant dans la caisse suite à un bug de collision. De plus, le riff joue un rôle crucial dans ses niveaux et autant il est facile d’en trouver pour recharger dans le premier niveau, autant il devient rare dans le second… Il est déjà rageant de ne pas trop savoir où on va et de « tuer » à moitié son personnage en le faisant passer sur des flaques de peinture, ça l’est encore plus quand une fois ces obstacles passés, vous réalisez que vous n’avez plus assez d’énergie dans la jauge Jonas pour activer la porte devant vous et qu’il n’y a aucune source d’énergie autour de vous. C’est donc une partie amusante au début puis très vite gonflante car il est difficile de saisir où vous devez aller exactement et l’effet de votre riff est limité dans le temps.

Enfin, vous interprétez à la fin des niveaux une chanson des Jonas avec le même principe de jeu que pour les riff : sympathique, mais si peu exceptionnel que j’avais oublié que je l’avais fait avant de relire mes notes pour l’écriture de ce test ! O-o

Les mini-jeux et les chansons peuvent ensuite être rejoués dans un mode à part pour tenter de battre vos propres records.

Jonas sur DS : concert
L’histoire

Maintenant que je vous ai parlé de l’essentiel du système de jeu, je vais traiter du plus amusant : l’histoire. Prenons le premier niveau du mode Histoire qui s’intitule « Une vie normale » [à ne pas lire si vous ne souhaitez pas vous spoiler]. Votre mère pique une crise parce que cette nuit, vous avez pris le jet pour aller manger une pizza à Chicago et vous demande de continuer à vivre normalement malgré votre célébrité. Privé de limousine pour aller à l’école, vous devez alors y aller à pieds, à vos risques et périls étant donné les hystériques postées dans les rues dont vous devez vous tenir à distance. Arrivé à l’école en moins de 5 minutes (d’où qu’on se dit que la limousine, c’était vraiment abusé) et indemne parce que vous courez vite, votre amie Stella vous annonce que votre mère a mis de côté des vêtements pour la friperie et que vous devez les y apporter.

Un peu surpris qu’on me demande de retourner à la maison à peine arrivé au lycée et alors que je suis déjà en retard, j’y retourne pour mieux comprendre que le jeu vient d’éluder la journée de cours. Sachant qu’on vous annonce au début du jeu que vous allez aider les Jonas à gérer leur vie scolaire, c’est un peu raide. Arrivé à la friperie, votre fan ultime qui la gère a eu la bonne idée d’écrire sur le blog officiel dont elle a la gestion que vous êtes dans sa boutique et vous vous retrouvez bloqués dans la boutique. Vous essayez de vous enfuir dissimulés sous des déguisements d’infirmiers mais vos parents, inquiets que vous mettiez tant de temps à rentrer, grillent votre couverture. Votre mère vous dit qu’il aurait suffit de l’appeler et qu’elle vous aurait envoyé le Jonas Hélicoptère qui avait la place de se poser dans le jardin (ah ? Et puis, c’est pas comme si vous habitiez à  5 minutes, aussi). Au final, vu qu’ils ont envie de manger et que le dîner va refroidir, ils vous donnent en pâture aux fans à qui vous faites un concert afin qu’ils vous laissent enfin rentrer.

Jonas : "un peu de culture pop détournée"

Certes, j’ai écrit le résumé sur un ton parodique mais il décrit parfaitement les principaux évènements du premier niveau ! Personnellement, mon coup de cœur est pour le début du second niveau lorsque l’on m’envoie à la friperie aller chercher des œufs et du lait pour faire un gâteau à ma mère ! On m’explique après coup que notre fan numéro 1 en a forcément en réserve puisqu’elle dirige le club de pâtisserie, mais tout de même, surtout que vous vous retrouvez au centre commercial quelques étapes après. J’ai aussi adoré aller demander de l’aide à Stella qui se trouvait au lycée, à première vue pour suivre ses cours, alors que je glandouillais à la maison à faire un gâteau et que je suis sensé être lycéen comme elle…

Jonas : "Des fois, on se goure un peu dans le nom des choses"
Récapitulatif des points positifs et négatifs
Note : pour effectuer ce test, je me suis arrêtée au milieu du 2ème niveau, il peut donc être incomplet.
Points positifs
–         Bonnes idées dans le gameplay que ce soit pour la gestion des points de vie ou la récupération de l’argent
–         Peut sans aucun problème plaire aux fans des Jonas Brothers
–         Système de jeu musical sympathique même si déjà vu
–         Graphismes et bande sonore plaisants
–         Humour volontaire dans les dialogues des Jonas et le scénario
Points négatifs
–         Humour involontaire dans les dialogues des Jonas et le scénario
–         Une seule sauvegarde disponible
–         Maniabilité trop aléatoire au sein même des mini-jeux (reprise des vêtements) ou du jeu principal qui accroît artificiellement la difficulté du jeu
–         Action trop répétitive dans les phases de plateforme ou de récupération de l’argent
Verdict inattendu : il est trop bon pour faire partie de la vitrine de la Honte, et pas assez pour être un jeu notable. Pour les fans, il peut même être bon. Libre à vous maintenant de tester le jeu pour vous faire votre propre opinion, si le cœur vous en dit. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.