[IRL] Comic Con, 3ème édition

Après une première édition décevante et une deuxième édition couverte par un ami, la 3ème édition de ce Comic Con Paris était pour moi celle décisive : couvrirons-nous à nouveau ce festival ou non ?

Je m’y suis rendue le dimanche 29 octobre 2017, jour de la masterclass sur Le Mystère Picsou, documentaire sur lequel j’ai déjà écrit un billet sur ce blog.

Ma journée au Comic Con

(Pour les plus pressés, vous pouvez aller directement à la partie « Bilan » 😉 )

8h45 : Arrivée dans la file d’attente pour une ouverture à 9h30. Une personne à côté de moi me raconte qu’elle a pu entrer le vendredi sans problème avec 2 pistolets factices dont elle avait colorié le bout  mais pas le samedi avec une épée factice en mousse (la sécurité y a mis un fil rouge après vérification). Elle me raconte aussi qu’elle avait payé pour avoir l’autographe d’un acteur et que le lendemain, celui-ci avait allongé ses horaires de signature et la faisait gratuitement. Il a été dédommagé, mais on voit qu’il y a encore quelques problèmes d’organisation.

9h30 : Ouverture des portes. Des gens se précipitent, sans doute pour être sûrs d’avoir un ticket pour la signature des 3 jeunes acteurs de Stranger Things qui ont été confirmé il y a quelques jours. Je rentre tranquillement et profite que le salon soit encore bien vide pour prendre quelques photos des stands. Malheureusement, je ne peux en profiter car je souhaite aller dans la file d’attente pour la masterclass. En discutant avec mes voisins, j’apprends qu’ils ont fait plus de 3h00 de file d’attente pour avoir une signature de Don Rosa et pouvoir discuter un peu avec lui. Je repense à mes moins de 2 heures en Allemagne et Flandres et soupire de soulagement intérieurement. Je me dis, et ce ne sera pas la dernière fois de la journée, que je commence à être vraiment trop vieille pour ces c*****.

10h15 à 11h15 : Bonne Masterclass, animée et traduite par Fred Benudis. Les invités étaient Don Rosa, M. Gicquel et L. Gidrol (producteurs) et F. Henriksen (réalisateur). Pas trop de couac (ha ha) dans la traduction, à part sur des titres spécifiques de bandes dessinées pas évidents à traduire.

F.Henriksen, L.Gidrol, M. Gicquel, Don Rosa, F.Benudis

11h15 : Le salon s’est malheureusement bien rempli en 1h45. Je me fraye un chemin jusqu’au stand Funko pour acheter la Funko Pop de Picsou exclusive salon puis fais un tour. Les stands sont pour la plupart dans la thématique : peluches, vêtements et posters (pas forcément officiels), produits dérivés, jeux dont jeux vidéos (un stand), jeux rétro jouables, créations artistiques. Le salon a gagné en place par rapport à la première édition, l’espace jeux de société jouables ayant disparu et les mezzanines servant à présent pour l’Artist Alley, les associations et les revendeurs de comics anciens. L’Artist Alley  est d’ailleurs un point fort du festival avec des artistes talentueux et fort sympathiques : j’ai passé un très bon moment avec l’artiste freelance Kevin E. Meinert qui venait tout droit d’Amérique (lien vers sa page Facebook pour ceux et celles qui voudraient en savoir plus) !

Kevin E. Meinert

Malheureusement, pas de lithographie de Don Rosa pour moi : celles-ci sont de préférence réservées aux personnes venant pour la dédicace. Je comprends et, ayant déjà deux lithographies signées de l’artiste, je passe mon tour mais je suis quand même un peu déçue.

Malgré ça, il n’est pas midi, ce n’est pas le jour le plus chargé, mais il est déjà difficile d’accéder aux stands ou d’avancer. Je n’ai même pas essayé d’aller sur les stands les plus populaires, la file d’attente me semblant trop longue par rapport à leur intérêt.

12h00 : la file d’attente pour la séance de 30 minutes avec les acteurs de Stranger Things de 13h00 est déjà bien remplie ! Après un déjeuner sur le pouce, suite de visite du salon autant que possible puis après avoir trouvé enfin la salle Workshop, petite attente pour une conférence sur les jouets.

13h00-14h00 : Conférence « Les jouets et la pop culture ! La Pop culture et les jouets ! » avec R. Cheval et S. Faucourt et animée par Enlil Albanna de Skript (partenaire du salon). Conférence que j’ai trouvé pour ma part intéressante de par les nombreuses anecdotes sur la commercialisation des jouets Star Wars et ceux des autres séries qui ont suivi ensuite. Une bonne surprise pour moi de découvrir que R. Cheval est le Youtuber de la chaine ArkeoToys que j’aime beaucoup : j’ai pu le remercier pour son travail et même avoir une photo avec lui. Point noir : des personnes quittent la conférence en cours de route, d’autres passent leur temps sur leur portable, d’autres mangent… J’ai malheureusement l’impression que les animateurs n’étaient pas loin de la vérité en disant que les gens qui étaient là n’avaient juste pas pu rentrer au panel Stranger Things…

R.Cheval (ArkeoToys), E. Albanna (Skript) et S. Faucourt

14h00-15h30 : dernier tour du salon dont l’extérieur qui contient une mini-expo Lego, un escape game et les stands de nourriture. Dédicace du livre « Le Livre des Prénoms Geek et Pop » par l’auteur Nicolas Bonnefoy et le dessinateur Andry Rajoelina au stand Hachette Heroes, auquel j’ai le plaisir de retrouver les vendeurs de ma boutique de comics Central Comics venus aider. Très bon moment à ce stand, les gens (artistes, vendeurs) étant tous vraiment agréables.

Nicolas Bonnefoy et Andry Rajoelina

Bilan

Les différents points dont je ne peux juger parce que non testés

  • Accès aux dédicaces ou aux photos des stars séries du Comic Con
  • Accès aux panels des stars séries du Comic Con
  • Qualité des animations Netflix, Canal +, etc
  • Organisation et conférences dans la salle principale
  • Stands de nourriture (rapport qualité-prix)

Les points positifs

  • Meilleure organisation pour les conférences auxquelles j’ai pu assister.
  • Meilleure répartition des espaces dédiés aux photos, aux autographes et à l’Artist Alley grâce à l’ouverture totale des mezzanines.
  • De belles rencontres avec les artistes ou les participants du salon.
  • Variété des stands : habits, peluches, produits dérivés, livres, créations, jeux de société (voir galerie photo).
  • Exclusivité salons sur certains stands : Funko Pop, Panini Comics.
  • Quelques jolis cosplays travaillés.
  • Moins de stands qui ne semblaient pas avoir leur place par rapport à la première édition, ajout des revendeurs de Comics qui étaient cruellement manquants dans la première édition.
  • Un espace détente avec des sièges permettant de s’asseoir ailleurs que par terre dans un coin reculé.

Les points négatifs

  • Salon encore bondé alors que c’était le dimanche, c’est-à-dire pas le jour principal. Difficultés énormes à circuler dans les allées ou sur les côtés.
  • Peu de cosplays vraiment travaillés le dimanche.
  • Des incongruités dans l’organisation : la Cosplay Zone reléguée à l’extérieur à côté des espaces alimentaires et qui avait donc peu de monde pour ses présentations, une mini-exposition Lego derrière 2 barrières ce qui fait que l’on ne voyait rien.
  • Des vedettes de salon difficilement accessibles que ce soit pour les panels ou les signatures non-payantes (beaucoup d’attente).
  • Des stands vedettes avec beaucoup trop d’attente : le stand du film « Happy Birthdead », la photo Netflix « Stranger Things » avec les vélos, les stands de Canal + ou Syfy lors des concours, le stand Yoo Moov Stations avec du VR Quest…
  • Non, un stand de fruits séchés n’est PAS indispensable dans un salon geek ! Sans blague, vous avez un partenariat avec eux ou quoi ?!

En quelques mots

Je suis partagée. Au final, je n’ai pas fait les activités reines du salon ni vu aucun acteur-rice de série mis en avant sur le site. J’ai passé un bon moment et il y a clairement du mieux par rapport à l’édition de 2015. Je suis contente de ma journée, mais je n’ai pas trouvé tant de stands qui attiraient mon intérêt et il y a toujours ce problème de trop de monde pour pas assez de stand. S’il y a une 4ème édition, j’hésiterai encore, même si un peu moins, surtout que le billet reste quand même élevé (22€ pour la journée du dimanche).

GALERIE

(Nous contacter en cas de question ou de problème avec une photo)

 

 

[PARTICIPATIF] Votez pour  » Le Mystère Picsou », le « duck »umentaire sur Don Rosa !

imgresDans la vie, il y a beaucoup de choses que j’aime. Parmi ces choses, il y en a 2 plus ou moins liées : le personnage de Donald (imparfait et aussi colérique que moi) et l’oeuvre de Don Rosa autour des canards Disney et tout particulièrement les épisodes de ce qui est appelé en France « La jeunesse de Picsou« . Donc, quand une de mes copines m’a envoyé un lien vers une soirée « What the Duck » pour soutenir un  documentaire Le Mystère Picsou sur Don Rosa, agrémenté d’un dessin de Donald, je m’y suis inscrite sans hésiter.

Présentation du projet

Cette soirée qui a eu lieu à Paris au Dernier Bar avant la Fin du Monde mardi 09 aout nous a permis de faire la connaissance du réalisateur, Morgann Gicquel, et de son équipe, qui  nous a parlé avec passion de son projet, avant un petit quizz bien sympathique.

2016-08-09 21.36.24 - copie

Alors, Morgann Gicquel, qui est-ce ? Tout simplement un fan de Don Rosa qui l’a suivi dans sa tournée de dédicaces en Allemagne en 2010 et s’est fait repérer par l’auteur. Il se trouve qu’il est aussi réalisateur, ce qui l’amène en 2013, lors de la tournée de dédicaces de Don Rosa en France, à faire une vidéo , que vous pouvez retrouver ici.

http://dai.ly/xxfq9w

Celle-ci a tellement plu à l’intéressé qu’il lui a proposé de venir chez lui quand il voulait pour faire un autre reportage. Une fois passé le choc de joie, Morgan a bien entendu… refusé. Car en tant que fan, il veut faire un vrai documentaire sur cette personne qu’il admire, quasiment vénérée en Finlande où Picsou est une institution, attendue dans les autres pays européens, et pourtant méconnue voire ignorée dans le sien. Il souhaite non seulement montrer comment Don Rosa en est arrivé là mais aussi comment son travail a inspiré d’autres personnes qui, à leur tour, ont  créé des œuvres mémorables. Tout cela en plusieurs épisodes sur le modèle d’un autre documentaire nommé Le Mystère Picasso qui tournait lui aussi autour d’un grand créateur.

Le problème, c’est que tout cela, les voyages aux Etats-Unis, les interviews de fans dans une dizaine voire une quinzaine de pays, le tout sur pellicule, ça coûte de l’argent. Et comme il considère que ce n’est pas aux fans de payer l’addition, plutôt que de faire un financement participatif, il le lance sur le site Audience Awards afin de gagner le grand prix,  cet argent lui permettant dans le futur d’obtenir plus facilement des partenariats avec les diffuseurs afin d’obtenir l’argent manquant et diffuser au mieux le documentaire. Car quel plus grand désir pour un réalisateur que de toucher non seulement le public de niche mais aussi celui qui ne connait pas le dessinateur !

A vos souris, 3, 2, 1, votez !

Vous êtes invités, que dis-je , incités, que dis-je, plus qu’encouragés, à aller voter pour ce documentaire jusqu’au 18 aout sur le lien suivant afin que ce rêve (et le mien au passage) puisse être réalisé. Et bien sûr, en cas de passage de la première manche, à recommencer jusqu’à la victoire des intéressés. En plus, le réalisateur est sympa ! Vous pouvez voter une fois par jour.

https://theaudienceawards.com/films/the-scrooge-mystery-52427

Par ailleurs, si vous pensez pouvoir être utile au projet, n’hésitez pas à contacter le réalisateur et l’équipe sur le site officiel cité ci-dessous: ils sont toujours à l’écoute des passionnés de Don Rosa et de ce qu’ils peuvent apporter.

Vous pouvez aussi retrouver Le Mystère Picsou :

En espérant que vous voterez en nombre !