« Vampire en toute intimité »: un documentaire qui a du mordant !

VAMPIRES EN TOUTE INTIMITE-DVD Blu-rayEn 2006, Jemaine Clement et Taika Waititi, réalisateurs néo-zélandais, réalisent un court-métrage ,  What we do in the Shadows (littéralement : « Ce que nous faisons dans l’ombre »), sur une colocation de vampires . Ils reprennent l’idée en 2014, cette fois-ci pour un long-métrage du même nom. Dans une petite maison cohabitent Vladislav (interprété par Jemaine Clement et inspiré de Vlad l’Empaleur alias Dracula), Viago (interprété par Taika Waititi et inspiré de Louis dans Entretien avec un Vampire), Deacon (inspiré de Lost Boys) et le doyen Petyr plus discret (inspiré par Nosferatu). On assiste, toujours avec beaucoup d’humour, à l’apprentissage de la vie vampirique par le nouveau vampire Nick, à l’arrivée du nouveau colocataire humain, leurs sorties en ville, leurs « chasses », les heurts avec les loups-garous… Documentaire oblige, les événements filmés à l’épaule sont régulièrement entrecoupés par des passages où chaque vampire commente ou explique la situation. Les effets spéciaux savent se faire oublier et les situations sont filmées de façon tellement réalistes qu’on finit par croire à l’existence de cette colocation. Le tout est surtout très drôle, le film jouant sur les différents stéréotypes des vampires et sur la difficulté pour eux de s’intégrer au monde moderne. C’est à mon avis le seul film où vous verrez un vampire faire la vaisselle ou le ménage : même Edward Cullen ne s’était pas adapté à ce point !

Passons à présent à la version française : effectuée par Nicolas Charlet et Bruno Lavaine, celle-ci se veut une adaptation inédite mais fidèle. Les 2 compères, plus connus sous le nom de Nicolas et Bruno, ont écrit le scénario adapté du roman 99 Francs (un de mes films et livres préférés), réalisés l’adaptation française de The Office (Le Bureau) pour Canal + ou encore réalisés récemment  Le Grand Méchant Loup , un divertissement assez honnête. Mais ce sont aussi des habitués du détournement : c’est à eux que l’on doit Message à caractère informatif, où ils doublaient de façon parodique des films institutionnels ou encore Amour, Gloire et débat d’idées où ce processus était appliqué à une telenovela vénézuélienne. C’est ce procédé qui est appliqué pour What we do in the Shadows, renommé Vampires en toute intimité pour la version française.

Adaptation française oblige, la petite ville devient Limoges, Viagio devient Aymeric, Vladislav devient Geoffroy (ce que je regrette car l’on perd l’allusion claire à Vlad/Dracula), Deacon devient Miguel et Petyr, Bernard. Pour ce détournement, les deux compères s’adjoignent les services d’Alexandre Astier dans le rôle de Vladislav/Geoffroy, qui colle parfaitement au rôle, Fred Testot dans le rôle de Deacon/ Miguel et Bruno Salomone dans le rôle de Nick/ JC. Le doublage est bon, même si fait de façon « détournement » et donc peut-être un peu plus marqué dans le parodique que l’original. On s’y fait cependant très vite. Je n’ai eu l’occasion de voir que des extraits de l’oeuvre en version originale pour le moment (même si je compte bien me rattraper très vite) et il m’est donc difficile de faire un comparatif réel de ce point de vue de là, d’autant plus que la majorité du comique vient d’un comique de situation. En ce qui concerne l’équipe du site, en tout cas, nous avons bien accroché aux dialogues français et au film en général.

Le film a d’abord été mis en disposition en E-cinéma le 30 octobre 2015 (il n’est plus disponible sur ce circuit de diffusion). Depuis le 27 janvier, il est disponible en DVD, bluray et VOD et distribué par Wild Side. Nous vous conseillons vivement son achat : ce documentaire imaginaire apporte sur les vampires un coup de frais salutaire. Qui plus est, si vous êtes comme moi fan de ses créatures aux dents pointues, vous ne pourrez qu’apprécier les différentes allusions aux oeuvres existantes. C’est réellement notre coup de coeur de début d’année !

[SORTIE] La programmation du festival Geekopolis

unnamed

Plus de 100 conférences, 90 ateliers, 1 salle de spectacle, deux arènes et de nombreux artistes vous attendent durant deux jours, les 23 et 24 mai 2015 à Paris Expo – Porte de Versailles !

En 2015, découvrez comment parler la langue noire de Sauron du Seigneur des anneaux, utiliser une catapulte taille réelle ou encore créer et programmer un robot. Disputez un match de Quidditch, partez à la rencontre de sorcières et de dragons, faites vous coiffer comme les héros de Game of Thrones, concevez des fusées expérimentales, défiez vos amis dans 3 Escape Rooms ou encore rencontrez un Dark Vador Lego® grandeur nature…

unnamed

TOUS LES ARTS GEEKS SONT REPRÉSENTÉS :

Mode, création de bijoux ou de décors de cinéma, exposition de photographie et d’illustration, ateliers d’écriture ou de dessin, maquillage FX…

GRAND LABORATOIRE DE NOUVEAUTÉS HIGH-TECH, PARCOUREZ LE QUARTIERunnamed TEKLAB :

De Nautilus à l’Arène d’Avalon, en passant par le quartier Metropolis les décors feront voyager les visiteurs dans d’autres univers.

Après avoir flâné dans des ruelles médiévales ou pris une tasse de thé dans une bibliothèque steampunk, place à l’action avec 3 escape room à découvrir en exclusivité sur Geekopolis !

unnamedLA CITÉ DES GEEKS EST UNE EXPÉRIENCE D’IMMERSION UNIQUE

Cette vision comparée du mouvement Steampunk des deux cotés de l’Atlantique avec l’éclairage de passionnés et de grands noms du mouvement, vous permettra de mieux appréhender son dynamisme et sa richesse.

Lien vers le programme complet

Lien pour acheter vos billets

[HUMEUR] Bon et maintenant ? On joue à quoi ???

Man playing video gamesLa PS4, la XBOX ONE, et la WiiU sont sorties depuis maintenant (relativement) longtemps et on en est où ? Bah c’est pas beau à voir pour moi. Je suis un trentenaire, fan de jeux vidéos : des RPG, des Tactical RPG, des jeux de bagnole arcade et des jeux de baston. En gros mes titres phares sont Street Fighter, Ridge Racer, Tactics Ogre, God Of War, Devil may Cry 3, Devil may Cry 4, DmC, Zelda Link’s awakening, Zelda A link to the past, Bravely Default, Trials Evolution, … Oui j’ai mis un ou deux titres récents parce que je ne suis pas qu’un vieux con …

Les seuls trucs annoncés pour 2015 qui me plaisent ce sont des remakes HD (des portages plutôt) de « vieux » jeux, que ce soit FF VII ou Devil May Cry, mais bon ce ne sont pas vraiment des remakes et ce ne sera sans doute pas à la hauteur des versions PC que j’ai déjà écumées voire torchées et retorchées … Du coup quel est l’intérêt sur consoles -soit disant- next gen ? L’intérêt il est surtout pour les éditeurs : peu de travail pour refaire ou porter les jeux sur cette génération qui se rapproche de plus en plus de PC, une base de fans nostalgiques comme moi qui sera peut-être prête à remettre la main au porte feuille … Après tout le monde n’a pas refait ces jeux sur PC donc une version console next gen pour le fan sera toujours bien accueillie … Et si en plus on peut toucher au passage certains nouveaux joueurs c’est pas plus mal de faire connaître ces hits démentiels … Sauf que là pour l’originalité on repassera …

Il nous reste le rétro … le rétro qui fait encore plus que les années précédentes un retour en force … Que dire de la Retron5 qui s’incruste dans le grand public ? Bah que ça fait artificiellement augmenter les prix des jeux rétro. Les vendeurs en profitent pour gonfler les prix, des cartouches qui se vendaient il y a quelques années 10 euros se négocient à 50 aujourd’hui, et seront sans doute achetées par des gens nostalgiques qui vont y jouer deux fois puis la remiser au coté de l’avant dernier iPhone ou pire qui la foutront à la poubelle et ça ça me fait mal au coeur … Je suis content d’avoir conservé mes jeux  d’époque et d’avoir complété, il y a quelques temps, ma collection de rétro avec tous les hits que je juge indispensables …

Les jeux à venir que j’attends ? Pour 2015 il n’y a je crois que la 3DS qui me donne un peu d’espoir, j’attends vraiment avec impatience Bravely Second, la suite du fantastique Bravely Default, et après je verrai sur l’instant ce qui pourrait me tenter. Mais j’ai remarqué que je joue de moins en moins dans mon salon et de plus en plus avec mes consoles portables (bon ok même des fois avec mes consoles portables dans mon salon) … Du coup je joue avec 3DS, ma PSP, et un peu avec ma PS Vita. Et je vais surveiller les sorties sur la Vita en espérant qu’elle aura le même cycle de vie que la PSP (même si c’est mal parti) : la PSP avait eu des débuts difficiles, comme la Vita aujourd’hui, sauf que ça avait duré moins longtemps pour que les éditeurs se bougent à nous sortir du bon gros jeu. Là, à part encore le portage fantastique de Persona 4, et les jeux de baston signés Capcom je suis un peu en attente … Big N nous a servi quelques jeux de malade sur 3DS, que ce soit le fantastique Zelda bourré de fan service, la Smash Bros ou le toujours aussi fantastique mais plus si récent Mario Kart 7 on a de quoi s’occuper avec cette petite portable … Côté salon par contre je n’aime toujours pas les FPS, j’aime être tenu par la main dans un jeu et du coup je ne supporte pas les « mondes ouverts » et je ne trouve pas mon bonheur dans ce qui est proposé actuellement ou promis pour plus tard du coup je ne sais pas à quoi je vais jouer en 2015 … et vous ?

[TEST] RAGE

Un nouveau chroniqueur sur Clem2k.com nous donne son avis sur son expérience de jeu sur RAGE. N’étant pas un fan de FPS (ça me dérange physiquement, j’ai des nausées quand je joue), bref, quand un nouveau chroniqueur arrive et qu’il me propose son avis sur un FPS bah moi je dis BANCO donc je vous présente un article d’Hannibal47 sur le jeu RAGE :

Comment vous présenter RAGE, un jeu made in Bethesda, à qui on doit la magnifique série des FallOuts, et ID software reconnu pour les très nombreux Doom, Quake, jen passe et des meilleurs. Pour vous résumer la chose, prenez un shaker, mettez une fin du monde, des ennemis divers et variés, un tempérament à la Doom, et arrosez le tout d’un soupçon de Mad Max et vous obtenez RAGE.

Alors l’histoire, comme tous les jeux post-apocalyptique, elle ne casse pas des barres. La terre a été dévasté par un météore (pour une fois que l’homme n’y est pour rien), et des survivants ont été placés dans des sortes d’abris appelés des arches. Je me réveille donc de ce sommeil cryogénique, et en voiture Simone. A ma sortie, après une (presque) crise cardiaque due a un bandit qui as dû me confondre avec un péon du coin, voilà donc le début dune grande aventure où il va falloir, comme d’habitude, jouer les larbins sans cervelle et faire les petites courses des uns et des autres. Les missions sont assez variées, mais on reste dans le banal, on avance dans la zone d’un gang et on déchiquette tout ce qui se trouve sur son chemin afin de trouver un objet à ramener, ou un mec a tuer. Quelques missions annexes où il s’agit de couvrir une personne à laide d’un sniper, daller réduire en bouillie un groupe de bandits qui enquiquine le patron du bar du coin,  ou quelques mini-jeux ou courses en voiture viennent rajouter un petit plus à l’expérience de jeu. Tout un panel de mini-jeux d’argent s’offre également à vous, histoire de se faire quelques ronds pour aller acheter un peu d’objets et ne pas se retrouver en panne en plein milieu dune cache ennemie.

Passons au gameplay :  à tous les fan de FPS pur et dur, vous allez être aux anges!!! Ca bourine, ça tire dans tout les sens, et des tonnes dhémoglobine viendront tapisser le sol pour peu que vous soyez équipé comme il se doit. Dans lensemble, le jeu est assez maniable, même si il arrive de rager parce que votre tir passe juste au dessus de la tête dun ennemi alors que votre viseur est dessus. Sinon, question arsenal, cest le moment de samuser : 9 armes et des munitions améliorées pour quasiment toutes sont a votre disposition pour anéantir tout ce qui se dresse sur votre chemin. Du flingue de base, qui crache tout son chargeur en une rafale, au shotgun à balles explosives ou encore le wingstick, sorte de boomerang tranchant à la Mad max, il y en aura pour tout les goût. A vous dadapter votre stuff et vos munitions en fonction de la situation et de votre style de jeu. Pensez seulement à partir bien équipé, qui sait sur quoi on peut tomber une fois seul dans le wasteland

Vous me direz que cest bien joli toutes ces armes, mais sur quoi je vais pouvoir lâcher toute ma hargne dune sale journée? Une fois de plus, les studios ont fait du bon boulot, les ennemis sont assez variés et aucun deux naura la même approche de la situation. Par exemple, au début du jeu, vous pouvez tomber sur un pauvre mutant qui a lair un peu faiblard, jusquau moment où celui-ci se met à sauter dans tous les sens et contre les murs pour vous taillader la tête, ou encore les forces de lautorité qui se cachent derrière leur tourelle ou autre bouclier énergétique. La présence de quelques boss viendra aussi agrémenter tout ça mais chut, pas de spoil

Les combats en voiture sont sympathiques, mais on est loin de la maniabilité d’un Motorstorm. Les routes sont malheureusement vides de toutes carcasses de voitures ou autres joyeusetés de ce genre que l’on attend d’un monde post-apo. Quelques rares téméraires et suicidaires véhicules ennemis viendront essayer de transformer votre bolide en tas de boue, mais grâce a un matériel assez varié, vous ne vous lasserez pas de voir des tonnes de ferraille prendre feu et voler dans tout les sens. Une ambiance qui rappelle ce bon vieux Vigilance 8 avec ces mines et autres gadgets bien fun.

L’interface est assez simple malgré un inventaire assez chaotique. On se retrouve vite à ne plus savoir où sont passés nos petits gadgets meurtriers ou nos très chères grenades. Point super positif, pas besoin de courir à l’autre bout de la map pour crafter un objet, car cette action se réalise a partir de votre inventaire, donc vous avez la possibilité de créer un drone sentinelle, sorte de petite araignée méca, en plein combat si la situation devient vraiment trop ardue.

Dernier point, et non des moindres, l’aspect général du jeu. Malgré des décors somptueux et un souci du détail minutieux, aussi bien pour les armes que pour les ennemis, il est fréquent que le moteur graphique parte en cacahuète et que l’on se retrouve avec un vieux pan de mur tout crade au milieu dune si joli vue. Les effets de fumée ainsi que ceux du feu sont bien rendus et ne font pas tache en pleine action. Les bandes sons et les musiques nous mettent tout de suite dans l’ambiance et permettent de s’immerger complètement dans le jeu.

En résumé, voila un bon jeu pour les fan de FPS à lancienne qui désirent renouer avec les vieilles formules d’antan.